Car il ne suffit pas d'aller à la bataille, encore faut-il compter ses troupes.

"Je ne suis pas tout seul" disait Emmanuel Macron qui revendique 96.000 adhérents au sein de son mouvement En marche.

Macron séduit aussi les entrepreneurs des start-up, ceux qui ne voulaient pas être pris pour des pigeons au début de la mandature Hollande.

Va pour les 96.000 adhérents, mais quid du maillage national ? Car une élection présidentielle se gagne aussi avec des relais jusque dans les plus petites sections, d'où l'intérêt d'être à la tête d'un grand parti capable de relayer la parole du candidat. Prenez Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy ou Hollande, ils ont tous été à la tête d'un grand parti avant d'être élu Président.

"Je ne suis pas tout seul" dit Macron. On verra ce que donnera l'épreuve des 500 parrainages. 500 signatures indispensables, avant de pousser les portes de l'Elysée.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.