Nicolas Bedos
Nicolas Bedos © Georges Seguin

Nicolas Bedos poursuivi pour injures raciales par un collectif antillais parce qu’il a écrit deux chroniques dans Marianne , deux sketchs évoquant une indolence guadeloupéenne. Il a aussi écrit "enculés de nègres".

Nicolas Bedos a beau souligner qu'il s'agit d'humour, les associations d'Antillais n'entendent pas la même chose.

L'humoriste insiste : les billets en question sont, dit-il, des satires de « gros cons fachos qui viennent se dorer la couenne dans les îles ».

Nicolas Bedos ne comprend pas qu'on ne comprenne pas qu'il s'agit d'humour et de second degré.

Dans l'hebdomadaire Le Point, Etienne Gernelle, le patron de la rédaction, prend la défense de Bedos : « L'affaire Bedos pourrait prêter à rire si elle n'annonçait pas l'enterrement de l'humour et du second degré » et il parle de « chasse au Nicolas Bedos ».

A ce rythme-là, fera-t-on un jour le procès de Desproges pour avoir parlé de « ratons » et de « biquots » quand il dénonçait le racisme contre les arabes ?

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.