Convaincre : c’est l’exercice délicat auquel vont se livrer chaque candidat ce soir en direct ou l’art de convaincre n’est pas inné et il faut parfois se faire aider.

L'annonce de la candidature de Charles De Gaulle à la présidentielle de 1965 à l'O.R.T.F
L'annonce de la candidature de Charles De Gaulle à la présidentielle de 1965 à l'O.R.T.F © AFP / AFP FILES / AFP POOL

Déjà le Général de Gaulle avait fait appel au comédien Louis Seigner, figure de la Comédie Française pour qu’il lui enseigna « la bonhommie », rappelle le journal Le Monde. En 2007 également, Ariane Mnouchkine avait initié Ségolène Royal.

Mais encore faut-il ne pas promettre n’importe quoi ! C’est la mise en garde de Stephen Bunard, expert en synergologie, qui décrypte la gestuelle. Attention donc aux gestes qui trahissent.

Par exemple lorsque François Fillon affirme que la victoire est à sa portée, tout en effectuant un « retrait labial » : cela révèle qu'il n'est pas sûr de lui.

Quant à Marine Le Pen, qui a travaillé ses sourires. C'est justement à cela qu'on voit qu'elle est mal à l'aise, explique encore Stephen Bunard, dans ce même article du Monde.

Il y a enfin le cas Emmanuel Macron. Plusieurs fois il a rencontré le chanteur baryton-basse Jean-Philippe Lafont, pour ne plus jamais rééditer la séquence qui a tourné en boucle sur les réseaux sociaux, quand emporté par son enthousiasme sur scène il s’était mis à crier jusqu’à s’en briser la voix.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.