La phrase de Kennedy en 1963 est devenue hier soir le slogan de solidarité avec les victimes du camion qui a foncé sur la foule à Berlin.

Désormais à chaque catastrophe, à chaque attentat, il y a ce besoin de faire corps avec la cause.

"Je suis Charlie".

"Je suis Paris".

"Je suis Bruxelles".

"Je suis Nice".

Et donc depuis hier soir : je suis un Berlinois, la formule du Président Américain, il y a 53 ans, dans un monde figé par la guerre froide et une Allemagne coupée en deux.

Plus de 50 ans après, "je suis" sonne toujours comme un cri de ralliement, un cri de soutien, un cri de solidarité.

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Le Cabinet de curiosités Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.