C'est le dernier titre du groupe Gorillaz, mis en ligne à quelques heures de l'investiture de Donald Trump.

4 minutes 30 de musique électronique, et pour le chant, Gorillaz a fait appel à Benjamin Clementine.

Un clip et une chanson très critique envers Donald Trump et son culte de l'argent. Hallelujah Money résonne comme une prière contre l'intolérance.

Un couloir doré et un ascenseur évoquant la Trump Tower, puis une procession du Klu Klux Klan. Des images d'épouvantes extraites du film d'horreur des années 60 Le village des damnés.

Gorillaz n'avait pas sorti d'album depuis 2011. Ce clip, Hallelujah Money, est le premier extrait d'un nouvel opus, livré la veille de l'investiture de Trump et c'est une surprise.

Voir le clip :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.