Cannabis
Cannabis © Fotolia

Non, la drogue ne nous rend pas plus talentueux.

Pour la création artistique la drogue ne rend pas génial, à peine plus créatif.

"Artistes sous influences" : c’est une exposition près de Bastille à Paris, à la maison rouge, un tour d'horizon des œuvres nées sous substances.

Ici, des dessins d'artistes sous mescaline ; ailleurs, un film de Martial Raysse rassemblant des images de Mao, un camembert et des filles toutes nues et du rose bien sûr, des champi et des gnons pour décrire une amanite rose fluorescente.

« C'est de la légitime défonce », écrit Libération, une exposition évidemment « stupéfiante », en rappelant que dans les années 1960, un pharmacologue suisse qui avait mis une araignée sous psychotrope avait remarqué que les toiles tissées étaient devenues inefficaces en tant que pièges, mais tout à fait remarquables en tant qu'œuvre plastique.

Evénement(s) lié(s)

Sous influences - arts plastiques et psychotropes

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.