Voyez l’expression droits de l’Homme: c’est dans le Parisien , un collectif féministe lance un appel pour la changer en droits humains comme l’ont fait déjà la plupart de nos voisins, notamment les anglo-saxons qui disent Human Rights

Le problème c’est que les droits de l’Homme ont été immortalisés par la déclaration de 1789 et ça pour les français c’est sacré. D’ailleurs ceux qui restent attachés à la formule font remarquer que le genre féminin y est intégré par le "H" majuscule qui doit être de rigueur à Homme .

Sauf qu’évidemment ce n’est pas très audible à l’oral. D’où cet appel des féministes qui ne changeront pas le texte de 89 mais espèrent une nouvelle traduction de la déclaration universelle de 1948 et de tous les titres officiels attachés aux droits de l’homme, commission, ambassadeurs etc.

Mais même ça c’est pas gagné, le récent amendement d’une députée ps qui n’en demandait pas plus a été rejeté par l’Assemblée Nationale.

Dans le même ordre d’idée, pas question non plus de revisiter l’épopée napoléonienne.

A lire cette fois dans Le Figaro , le silence remarquable des autorités françaises qui n’ont pour l’instant délégué personne au bicentenaire de Waterloo le 18 juin (en plus, c’est le 18 juin !)

Toute l’Europe y sera représentée, la France y enverra peut-être son ambassadeur en Belgique.

Non pas que Waterloo soit tabou, puisque la France n’a pas célébré non plus le bicentenaire d’Austerlitz ,mais comme le dit un historien "on ne célèbre plus en France que les évènements à portée morale, ceux qu’on peut détacher de tout contexte historique". Car la France incarne des valeurs universelles positives qui ont vu le jour à travers une histoire négative et donc on épure l’histoire pour n’en garder que les valeurs.

Une schizophrénie française dont Napoléon est l’exemple le plus frappant,entre mythe et tabou…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.