C’était hier à New Dehli, 35.000 personnes vêtues de blanc, assises sur l’avenue qui mène à la résidence présidentielle. Le correspondant duFigaro raconte l’estrade, le premier ministre indien Narendra Modi qui s’adresse à la foule, avant de la rejoindre : il appelle au règne d’un monde libéré de ses tensions.

Yoga
Yoga © Tommy Seiter-imagebroker-Corbis

Car le 21 juin, c’est la fête de la musique mais aussi la journée internationale du yoga décrétée par l’ONU à la demande de l’Inde qui voudrait par sa civilisation éclairer l’humanité et la guider sur le chemin de la paix.

C’est vrai qu’un peu de yoga pour tout le monde en période de crise pourrait permettre de calmer les esprits, faute de pouvoir régler les problèmes.

C’est un peu comme un discours du Pape dont les appels à la paix sont malheureusement rarement suivis d’effets !

Pas sûr que les charmes du yoga soient plus efficaces : le Pakistan, le grand voisin de l’Inde avec lequel les tensions restent vives, vient de refuser un visa au prof de yoga que les autorités de New Dehli voulaient installer dans leur ambassade à Islamabad.

Ça part mal décidément !

Il semblerait qu’en fait, l’Inde qui voudrait elle aussi, comme le Vatican s’imposer comme une autorité morale, essaie surtout de compenser le manque de moyens de son corps diplomatique : 900 diplomates seulement, 5 fois moins que la Chine pour une population presque équivalente.

Reste à prouver l’efficacité des maîtres Yoga :

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.