derniers préparatifs à cannes
derniers préparatifs à cannes © reuters

Interview d'Alain Delon ce matin dans le Figaro , à deux jours de l'hommage que lui rendra le festival avec la diffusion, samedi, sur la croisette, de la version restaurée du film Plein soleil de René Clément en 1960, le premier grand rôle de Delon au cinéma.

53 ans après, Delon fait le bilan dans le Figaro : « J'ai tout joué ou presque » dit-il « sauf le Christ, mais désormais c'est un peu tard ».

A la question « recevez-vous des scenario ? », Delon répond « beaucoup mais je ne donne pas suite », « beaucoup de conneries » et « pourquoi voulez-vous que j'aille tout foutre en l'air pour jouer un gardien de la paix chez Kassovitz ? ». « Je veux bien travailler avec Gavras, Besson ou Polanski, mais tous les rigolos, non merci. Je ne m'ennuie pas ! » ..

Delon et la politique aussi, dans cette interview au Figaro ce matin : de De gaulle, qu'il admire, à Mitterrand, qui était scorpion, comme lui. « Mitterrand me disait toujours ‘nous autres les scorpions’ ». Il était tout le temps « branché là-dessus ».

Delon et Cannes : « je n'y vais que si j'ai quelque chose à faire, sinon ca ne m'intéresse pas ». « L'année de Monsieur Klein, dit-il, j'aurais pu avoir le prix d’interprétation masculine, mais ils l'ont filé à un Espagnol dont je défie quiconque de se souvenir du nom ».

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.