Cela fait 18 mois que le Canard enchaîné cherche à savoir pourquoi le Conseil constitutionnel a refusé de lui rembourser un demi million d'euros qu'elle a présenté comme des frais de campagne, alors que les factures n'avaient visiblement rien à voir avec la présidentielle.

2012, année faste pour marine le pen
2012, année faste pour marine le pen © reuters

18 mois de patience, et enfin, le détail des factures ce matin dans le Canard.

Par exemple la Commission nationale des comptes de campagne a estimé que l'université d'été du Front National à Nice les 10 et 11 septembre n'avait rien à voir avec la présidentielle.

Pas question non plus de rembourser les frais liés à ses agents de sécurité personnels, sachant que l'Etat, durant la période électorale met déjà des policiers à la disposition de la candidate.

Pas question, enfin, de faire payer sur les deniers publics "le bal de Marine" que le Canard enchainé présente comme « une sauterie organisée en juin chez papa, dans le parc de la maison de Montretout », une soirée pour récolter des fonds.

Là encore, la Commission a estimé que ce genre de soirée mondaine ne relevait pas des comptes de campagne.

Au final, les comptes de campagne de Marine Le Pen n'ont pas été invalidés, mais juste réformés. D'accord pour faire la fête, mais pas sur les deniers publics.

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.