Il y avait la couleur de peau de Mickaël Jackson, et c'est une nouvelle polémique qui arrive du Brésil avec la chanteuse Anitta, le phénomène national du moment.

Anitta incarne ce que les usines à variété brésilienne peuvent fabriquer de plus glamour. 20 ans seulement, mais déjà plus la même.

Car afin de plaire à son public, la chanteuse métissée se serait éclaircie l'épiderme et lissée les cheveux ; son nez affiné... Passage obligé, croit-elle, pour percer sur un marché du disque dominé par la classe moyenne blanche.

On rappellera que depuis le recensement de 2010 au Brésil, les Blancs sont devenus minoritaires.

Blanchir au Brésil pour réussir : la critique est relayée par le journal brésilien El Globo , mais également par le journal britannique The Guardian et ce week-end dans le supplément « M » du Monde.

Anitta est à l'image de sa musique pop "Funk Light", c'est-à-dire allégée, pour ne pas dire aseptisée.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.