Cela se passe en Californie. Il s'appelle Elon Musk. Il est le PDG de la prestigieuse marque de voitures Tesla. Son salaire ne dépasse pas le Smic américain, c’est-à-dire moins de 35.000 euros annuels.

Elon Musk, co-dfondateur et CEO de Tesla Motors Inc
Elon Musk, co-dfondateur et CEO de Tesla Motors Inc © Kim Kulish/Corbis

Notez qu’il n'est pas non plus dans le besoin, car ce trentenaire a fait fortune auparavant avec la société Paypal et il détient aujourd’hui 27% des part de la société Tesla, une marque de voitures dont le modèle moyen avoisine les 60.000 euros.

Comme le souligne Le Parisien Aujourd’hui en France. Il y a donc aux Etats-Unis une génération montante de patrons dont les employés jugent la politique salariale exemplaire. Les jeunes patrons américains seraient il en train de changer de capitalisme ?

On n'en est pas encore là, mais le mois dernier, un autre patron américain, Dan Price, décidait de faire passer son salaire de 1 million à seulement 70.000 dollars par an.

Pourquoi ? Pour augmenter la fiche de paye de tous ses employés, parce qu’il avait lu une étude sur le salaire que les employés doivent avoir pour être épanouis dans leur vie et dans leur entreprise.

Depuis que le New York Times a révélé cette histoire il y a quelques semaines, le jeune patron en question croule sous les CV, ça ne surprendra personne. Merci patron !

Extrait de "Merci Patron", les Charlots :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.