Jean-Pierre Pernaut
Jean-Pierre Pernaut © TF1

C'est une règle déontologique chez les journalistes : ne pas faire de commentaires personnels quand on est présentateur de journaux. Juste donner les faits, sans aucun sous-entendu, les commentaires étant réservés aux éditorialistes et auteurs de billets.

C'est ce que semble avoir oublié le présentateur du journal de 13 heures sur TF1.

Ecoutez comment Jean-Pierre Pernaut a manié les sous-entendus la semaine dernière en présentant les informations (Extrait du JT de TF1 du 21 juin 2013 ) :

« Tiens donc » conclut Jean-Pierre Pernaut. Ce « tiens donc » sous-entend qu'il y a un lien entre les sanctions prises et les opinions politiques des contrevenants.

Or, dans le deux cas, Jean-Pierre Pernaut oublie de préciser les infractions commises -rébellion et déclaration, de fausse identité dans le premier cas ; usage commercial et sous-location d'un appartement social de la Ville de Paris dans l'autre cas.

Tout le week-end, le cas Pernaut a animé les réseaux sociaux, ses partisans défendant sa liberté de ton (Extrait de "Ma liberté de penser", de Florent Pagny) .

La liberté de penser de Jean-Pierre Pernaut.

D'autres internautes parlent « d'incompétence » et soulignent son habitude à faire des commentaires à l’antenne quand ce n'est pas son rôle (Extrait de "Tu mens", d'Alpha Blondy ):

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.