Par Hélène Roussel

Puisque c'est le jour ou jamais, on va vous raconter une histoire de Noël. Il était une fois une postière qui s'appelait Odette Ménager. Nous sommes en 1950 à Nueil–sur-Layon, près d'Angers. Odette est receveuse aux PTT et chaque mois de décembre, elle a le cœur brisé : toutes ces lettres d'enfants au cher papa Noël et qui terminent à la poubelle… C'est la règle, c'est comme ça. Alors, pendant 5 ans, en toute clandestinité, Odette improvise. Elle devient la secrétaire secrète du Père Noël et elle pense à tout, jusqu'à répondre d'une écriture tremblante, comme celle d'un vieil homme, pour faire plus vrai !

L'histoire ne s'arrête pas là. Dans un autre village, une autre postière va avoir la même idée. Magadeleine Homo habite Veules-les-Roses, en Seine Maritime. Elle va profiter de la complicité de la factrice du village pour se permettre des réponses très... Comment dire... Personnalisées. Genre : « d'accord pour le cadeau, mais va falloir faire des efforts en maths ». Et puis, elle truffe ses lettres de timbres et de tampons pour faire croire qu'elles sont livrées par avion. Très vite, victime de son succès, elle demande alors une autorisation officielle.

Odette et Magdeleine, les mamans Noëls bien sur notre planète ces deux là, surgies du passé grâce à des chercheurs d'Angoulême : Valérie Inès de la Ville et Antoine Georget.

Leur étude fait l'objet de quelques articles dans la presse, dans le dernier numéro du Nouvel Observateur par exemple ou encore hier, dans la Charente Libre .

Pour terminer l'histoire : en 1962, le Ministre des PTT, Jacques Marette, ouvre en toute discrétion le secrétariat officiel du Père Noël. C'est sa sœur, la psychanalyste Françoise Dolto, qui répond à la toute première lettre. Elle écrit : « je ne sais pas si je pourrais t'apporter ce que tu m'as demandé, je suis très vieux et des fois, je me trompe ».

La poste du Père Noël fête cette année ses 50 ans, installée à Libourne depuis 1967. Près d'un million et demi de lettres chaque année, sans parler des 180 000 mails et il paraît qu'il n'y a pas que des enfants qui écrivent au Père Noël.

Mais chuuuut... on ne dira rien !

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.