Article en Une de Libération du 25-06-13
Article en Une de Libération du 25-06-13 © Radio France

Sur les photos, l'appartement ressemble à un palais.

Dans Libération ce matin, on lira comment le clan Assad vient de brader l'un de ses immeubles parisiens de l'avenue Foch. 3.600 mètres carrés sur 7 étages, soldés 70 millions d'euros. Il y a un an, ce même immeuble était mis à prix 100 millions, soit une ristourne de 30 millions en un an. A ce prix là les acheteurs sont souvent des émirs du Golfe Persique ou des Russes.

Le vendeur de ce palais parisien s’appelle Rifaat Al Assad, 76 ans. Il est l'oncle de Bachar al Assad. Les deux hommes sont en froid. Il faut dire que l'oncle aurait bien aimé prendre le pouvoir en Syrie à la place de son neveu.

Rifaat al Assad : son nom est associé à plusieurs massacres de milliers de personnes en Syrie dans les années 80. Finalement tombé en disgrâce à Damas en 1984, il est devenu un exilé entre Paris et Londres.

Rifaat al Assad dispose d'une fortune en milliards d'euros, un pactole dont les opposants au régime syrien aimeraient bien connaitre la provenance. Libération parle « d'origine douteuse ».

Sur cette avenue Foch, à deux numéros de l'immeuble qui vient d'être vendu, se trouve un autre immeuble qui a défrayé la chronique : la résidence du fils du président de Guinée-équatoriale.

Libération se demande s'il ne faudra pas un jour rebaptiser cette avenue Foch l'avenue « des biens mal acquis », avec ses belles façades aux nombreuses fenêtres.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.