C'est une formule politique qui fait son chemin.

Le "ni-ni", une formule attribuée à François Mitterrand
Le "ni-ni", une formule attribuée à François Mitterrand © AFP / GERARD FOUET

Le « ni-ni », popularisé en 1988 par François Mitterrand après sa réélection pour un second mandat. Formule qui résumait la nouvelle doctrine de sa ligne économique : ni nationalisation, ni privatisation...

Aujourd'hui la séquence politique du "ni ni" renvoie dos à dos Emmanuel Macron et Marine Le Pen "le dilemme" comme l'écrit ce matin le journal Les Echos à sa "une".

Ni Macron, ni le Pen... comme on dirait "ni oui ni non", "ni chaud ni froid", "ni vu ni connu", "ni sainte ni touche", "ni pute ni soumise.

Cette "France soumise" dont parlait hier soir Marine Le Pen draguant les électeurs de la France Insoumise. Mais le « ni ni » le plus célèbre restera probablement le slogan des anarchistes "ni dieu ni maître", enregistré dès 1965 par Léo Ferré.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.