Tintin et Milou
Tintin et Milou © bigdeadbat

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

Une nouvelle polémique autour de l'œuvre d'Hergé, venue, cette fois, de Stockholm, où l'un des responsables de la maison de la Culture de la ville a décidé de retirer de la bibliothèque municipale toutes les bandes-dessinées de Tintin.

D'habitude, ce genre de polémique ne concerne que la seule BD "Tintin au Congo", pour cause de relents colonialistes. Mais cette fois, notre responsable suédois de la culture veut bannir toute l'œuvre d’Hergé des rayons jeunesses au motif, dit-il, que cette vision rétrograde du monde apparait dans tous ses albums et que les enfants plongent dedans sans le moindre regard critique.

A Stockholm, le projet a suscité une telle vague de réactions négatives que la Maison de la Culture a finalement fait marche arrière.

On lira ce matin dans Libération la réaction du journaliste et écrivain suédois Herman Lindqvist, s'interrogeant sur ce type de censure : « Aujourd'hui Hergé et demain, qui? Shakespeare, la Bible, ou le Coran ? ».

La moitie de la littérature mondiale peut être interprétée comme pleine de préjugés et donc potentiellement dangereuse pour les enfants.

Aujourd'hui, les BD, et demain peut-être, les films d'animation.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.