Friuts et légumes
Friuts et légumes © Fotolia

« Peas and love » disent les Anglais : des petits pois et de l'amour... On vous emmène côté jardin ce matin.

Etre citoyen et sortir des sentiers battus rien qu'en bêchant des patates, c'est possible. La solidarité au ras-du-sol, c’est faire pousser ses légumes non plus dans un coin discret ou dans son arrière-cour, mais au contraire, bien en vue, devant chez soi, et les laisser en libre service, gratuits, pour ceux qui en ont besoin.

Le concept nous vient tout droit d'Angleterre : Incredible Edible, « incroyables comestibles », un mouvement né en 2008 à Todmorden, au nord de Manchester, zone ravagée par la crise.

__

Extrait d'un court-métrage diffusé en Angleterre, sur la ville de Todmorden.

La ville de Todmorden, depuis, est devenue comme un potager à ciel ouvert,avec des bacs à légumes un peu partout, des cours d'école au poste de police. Et le mouvement fait des petits.

Merci qui ? Merci Facebook.

La tribu planétaire se dit aujourd'hui au début d'une révolution. En tous cas, cette façon de recréer du lien social tout en mangeant local est arrivé chez nous en France, également, où l’on s'est mis à biner pour le voisin.

A la base, un habitant de Colroy-la-Roche, en Alsace, François Rouillay, qui repère et importe la démarche en mai dernier. Une équipe de France 3 l'a rencontré cet été.

En moins de 6 mois, le concept traverse toute la France, de Poitiers jusqu'à Saint-Denis de la Réunion, en passant par Saint-Nazaire : un article et un reportage à lire dans Le Monde daté d'aujourd'hui.

« J'avais des plants de poireaux en rab », raconte ce serveur de restaurant, « au lieu de les jeter, j'ai décidé de les installer ici devant la maison et d'inviter les passants à se servir gratuitement ». Et ça marche, dans une ville où le chômage guette au coin de la rue, le bac à légumes devient un acte... militant.

Et Cédric, le serveur-jardinier, rêve d'un potager aux pieds des HLM, de planter des choux devant le foyer des jeunes travailleurs, ou encore de remplacer les arbres morts par des poiriers et autres pommiers. Saint-Nazaire en pays de cocagne?

On n’y est pas, mais la communauté s'agrandit, sur Facebook puis autour d'un verre : on partage les graines, les recettes de compost et même son coin de verdure.

« Quand on parle de ça avec nos grands-mères, elles nous disent qu'on a rien inventé. Alors pourquoi ont-elles arrêté ? ». Question d'une secrétaire, adepte du mouvement depuis peu.

« Tu sèmes, tu bêches, en 2 minutes, tout est ramassé par des inconnus. Les gens sont-ils prêts à dépasser le principe de propriété ? »

Oui, oui, ça peut fonctionner lui répond ce militant de la première heure, parce qu'on n'est pas dans la théorie. On n'attend pas le grand soir et on met les mains dans la terre.

« Des poireaux dans le jardin d'Eden », c’est un article d'Aline Leclerc à retrouver dans Le Monde.

Et si cela vous intéresse, il va falloir commencer par cliquer : « incroyables comestibles », page Facebook et site internet : incredible-edible.info.

Les liens

Page Facebook Incredible Edible

Incredible edible

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.