C'est ce que démontre la sociologue Aurélie Maurice qui vient de publier un article dans la revue Antropology of Food pour expliquer l'influence du bonbon dans la construction sociale des enfants de 6e et 5e. Compte-rendu ce matin dans le journalLa Croix .

Bonbon
Bonbon © Radio France

D'abord l’acte d’acheter des bonbons à 11 ou 12 ans, avec son propre argent de poche, sans toujours en informer les parents, c'est un premier geste d’autonomie.

A l'école, distribuer ses bonbons, ce n'est pas anodin. C'est parfois une tactique pour se faire bien voir : gagner en prestige et au final se faire accepter.

Il paraît que, ce qui marche fort chez les ados, c'est le bonbon au piment ou la sucette au ginseng.

Le revers de la médaille, c'est que le bonbon peut aussi être source de racket et donc de violence. Le bonbon ambivalent, donc.

Rappelons qu'il n'y a pas d’âge pour en manger et en offrir, y compris pour draguer !

Extrait de la chanson, Les Bonbons, de Jacques Brel :

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.