Libérée de ses obligations de présidente de l'Académie Goncourt: Edmonde Charles-Roux vient de laisser le fauteuil à Bernard Pivot et dans Le Figaro ce matin, elle peut enfin dévoiler quelques secrets des délibérations.

Edmonde Charles-Roux
Edmonde Charles-Roux © Marcantonio del Drago/ Wikimedia commons

Il faut dire qu'elle en connait un rayon car à 93 ans, cela fait plus de trente ans qu'elle lit et qu'elle délibère pour la plus prestigieuse récompense littéraire.

Oui, il y a eu dans le passé des pratiques peu déontologiques au sein du prix Goncourt, quand Jean Giono votait par téléphone installé dans le bureau de son éditeur.

Colette également qui, avant de délibérer, passait quelques coups de fils pour orienter les votes.

Pas mal de bouderies au sein du jury du prix Goncourt, des caprices, des démissions aussi. "Songez", explique Edmonde Charles-Roux, qu'il fut une époque ou certains jurés ne se parlaient pas.

Des colères, aussi, quand en 2002, Pascal Quignard reçut le prix Goncourt pour Les ombres errantes . "J'ai vraiment cru que Georges Semprun, qui n'aimait pas du tout, allait avoir une attaque."

En 2010 également, avant que Houellebecq ne soit distingué pour La Carte et le territoire , ça a été une bataille terrible, dit-elle. Certains jurés étaient outrés, estimant que l'on couronnait plus l'écrivain médiatique que son œuvre.

Extrait de "J'aime lire" d'Albin de la Simone (album : "Bungalow", 2008)

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.