Par Yves Decaens

Aucun match n’a pu être joué à Roland Garros hier. C’est la deuxième fois seulement depuis la création du tournoi en 1925…

La fois précédente c’était en l’an 2000, mais, cette année-là, tous les records pouvaient être battus.

C’est à lire dans Le Figaro et sur le site du Huffington Post.Comment la finale pourrait être décalée d’un ou de plusieurs jours. Cela s’est déjà vu, mais pose à nouveau les limites des installations parisiennes, bientôt les seules qui ne seront pas couvertes.

Et pourtantcela fait bien cinq ans qu’on en parle . Quand l’Open d’Australie, Wimbledon et bientôt l’US Open ont réglé le problème, les français continuent de parlementer.

Il est vrai que la couverture du court central doit être intégrée dans un projet plus vaste d’agrandissement de Roland Garros auquel s’opposent les élus de droite du 16e arrondissement, des associations écologistes et des riverains pour la protection des fameuses serres d’Auteuil.

Mais en attendant, les joueurs, les spectateurs, qui seront remboursés mais ne verront pas les matchs qu’ils avaient prévu de voir, les téléspectateurs, qui, à la place du tennis, se retapent un épisode des experts et des sponsors : tout le monde ronge son frein.

Roland Garros, 31 mai 2016. Les spectateurs se protègent de la pluie.
Roland Garros, 31 mai 2016. Les spectateurs se protègent de la pluie. © REUTERS/Gonzalo Fuentes
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.