A la Une de la presse ce matin

Par Alexandra Ackoun

Libération : "Bayrou perdu au milieu"

L'Huma : Le meeting de Jean-Luc Mélenchon hier à la Grande Borne, à Grigny, en Essonne : "Le front de Gauche au cœur des quartiers populaires".

Le Parisien/Aujourd'hui en France : L es Français ne semblent pas se passionner pour cette campagne

La Croix : "Des salariés sous surveillance"__

Les Echos : "Comment Air France prépare sa contre-attaque"

La remontée de Nicolas Sarkozy

Ce qui fait débat dans la presse ce matin - par Alexandra Ackoun

"A 35 jours du 6 mai, Nicolas Sarkozy est donc en mesure de pouvoir l'emporter" écrit le Figaro .

Dans Libération, au contraire, Daniel Schneidermann estime qu'il ne s'est rien passé...

Pas d'avant et d'après Toulouse.

__

Un jour sur la toile

Par Hélène Chevallier

Laval Virtual, le salon de la réalité augmentée qui avait lieu jusqu'à hier à Laval

Le moment Mélenchon

La chronique politique de Piotr Smolar, journaliste au quotidien Le Monde

On verra où il se situera le 22 avril, mais la dynamique est de son côté. La gauche décomplexée attire. Un signe ne trompe pas : Jean-Luc Mélenchon est heureux. En ces temps dépressifs, son plaisir en campagne agit comme un fluide sur la foule. Et puis, il est talentueux. On connaît ses qualités d’orateur et sa façon de ranimer l’espoir chez ses partisans, comme si les mots soignaient.

En fait, Jean-Luc Mélenchon traduit ce qu’il y a de meilleur et de pire dans notre rapport à la politique. Le meilleur, parce qu’il refuse de la réduire à de la gestion triste. Le pire, car il nous fait croire que la rhétorique est plus forte que la réalité.

Les Français ont toujours chéri le verbe au détriment du chiffre. On s’accroche à l’idée que le peuple reste maÏtre de son destin, qu’il peut renverser la table. Or cette année, le messager de cette croyance est un homme dont, curieusement, on questionne peu la crédibilité. Les commentateurs font preuve de mansuétude à l’égard de Jean-Luc Mélenchon, alors qu’ils sont bien plus sévères avec Marine Le Pen. Comme si l’extrême gauche était certes surannée, mais délicieusement folklorique, et pas dangereuse comme l’extrême droite.

- Mais alors, qu’y a-t-il de si inquiétant dans les idées de Jean-Luc Mélenchon ? C’est de la distribution gratuite de bonbons à la récré. Il s’appelle « L’Humain d’abord », son programme. Ce n’est pas du Brassens, mais un vieil air du passé quand même. A le lire, il n’y a pas de crise, pas d’endettement à hauteur de 1700 milliards d’euros, pas d’Etat à reformater, bref, pas de contingences. Il n’y a que la volonté politique pure, immaculée, drapée dans des sentiments indiscutables : le partage, l’égalité, l’humanisme. 1789, c’était hier, et ça sera demain.

Seulement, si on se penche attentivement sur le texte, on a la calculatrice qui fond ! Smic à 1700 euros net, retraite à 60 ans à taux plein, titularisation de 800.000 précaires de la fonction publique, création d’un pôle public de l’énergie, regroupant EDF, GDF, Areva et Total. Avec quel argent tout ça ? Arrêtez, on ne demande pas au Père Noël combien il paie ses rennes !

On retrouve cette légèreté sur la question européenne. L’UE doit « s’affranchir » du traité de Lisbonne, lit-on. Quant à la France, elle pourra refuser d’appliquer certaines directives de Bruxelles. « Notre désobéissance fera tâche d’huile », promet le texte. Au fond, ce n’est pas seulement l’Europe libérale que rejette Mélenchon, c’est l’Europe tout court, comme construction politique. Mais l’alternative qu’il propose est nébuleuse. Dire en gros : « vive le social, la France des Lumières décidera et les autres suivront », ça ressemble finalement, sur la forme, à ce que fait Sarkozy, en menaçant de se retirer de Schengen.

Une chronique en partenariat avec le quotidien Le Monde

Logo le Monde
Logo le Monde © Radio France

__

La menace d'Al Jazeera sur Canal +

L'histoire du jour - par Alexandra Ackoun

C'est à lire dansles Echos : après sa razzia sur les droits de retransmission des grandes compétitions européennes de foot, le groupe quatari veut lancer deux chaîne sportives dans l'Hexagone, sous la bannière Al Jazeera sport. Lancement prévu en juin, pour le début de l'Euro.

__

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.