• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

- Les communications d'Air Force One après l'assassinat de JFK . Plus de 2 heures d'enregistrement ont été mises en ligne hier par les archives nationales américaines. Un document inédit et troublant qui permet de saisir le chaos pendant les heures qui ont suivi l'assassinat. Entre de gros problèmes de communication, on peut entendre des conversations sur l'organisation de l'arrivée du corps de John Fitzgerald Kennedy à Washington ou un appel entre le nouveau Président, Lyndon Johnson, et la mère de JFK. A télécharger sur le site archives.gov ou à écouter dans cette vidéo postée sur YouTube :

- Jazz : le robot made in France. Commercialisé depuis mars 2011, ce grand robot blanc d'un mètre de hauteur est muni de roues, de micros, d'une caméra et d'une tête dans laquelle est encastrée un écran. Son but : faire de la téléprésence. Une vingtaine d'unités ont pour le moment été vendues notamment à une clinique de Reims. Interviews de Julien Séret, vice-président de Gostaï et du Dr Henri Hérard.

Julien Séret... vice-président de gostaï...Julien Séret... vice-président de gostaï...

  • L'édito politique __

Retour sur le retrait de Jean-Pierre Chevènement de la campagne présidentielle- par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

On imagine les soupirs de soulagement du coté de la rue Solférino. L’empêcheur de tourner en rond du PS est enfin hors course. Il faut dire qu’il aura fait des siennes jusqu’au bout.

La semaine dernière, alors que tout le parti baignait dans l’euphorie après le discours de Hollande au Bourget, Chevènement avait publiquement mis en doute la capacité du candidat socialiste à faire plier les Allemands.

« Souvenez-vous de 1997 », expliquait-il en substance, « Lionel Jospin avait été obligé d’avaler la pilule du pacte de stabilité (la fameuse règle des 3% de déficit) imposée par l’Allemagne ».

Chevènement, c’est un peu la mauvaise conscience des socialistes. Le seul à mettre le parti de François Hollande devant sa contradiction fondamentale qui est de défendre l’euro voulu par François Mitterrand, tout en refusant d’admettre que la monnaie unique n’est rien d’autre qu’un deutsche mark bis.

- Sa candidature n’a jamais dépassé 1% d’intentions de vote, signe que ses idées ne rencontraient pas beaucoup d’écho

La faiblesse de Jean-Pierre Chevènement est de ne pas entrer dans les cases. Il est à la fois de gauche et patriote, ce qui fait de lui un marginal.

Parce qu’il s’inquiète de la montée des communautarismes, il s’est ainsi prononcé contre le mariage homosexuel ou le droit de vote aux immigrés non européens, ce qui fait un peu désordre à gauche.

Jean Pierre Chevènement est aujourd’hui marginalisé. C’est évidemment un problème pour lui, puisque cela l’oblige à renoncer. Mais c’est aussi un problème pour son camp. C’est parce que le Parti socialiste n’est plus capable, aujourd’hui, de tenir un discours crédible sur la Nation, qu’il a perdu le vote populaire. Pour le parti dominant de la gauche française, c’est quand même un sacré handicap.

Une chronique en partenariat avec Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France
Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

__

  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.