A la Une de la presse ce matin

Par Alexandra Ackoun

Libération : "Nicolas Sarkozy et l'Islam : les liaisons dansgereuses"

Le Figaro : La menace Hollande, après la présentation du calendrier du projet socialiste

L'Humanité : "Toulouse la Rouge" : des dizaines de milliers de personnes sont attendues place du Capitole.

Les Echos : "Violent coup de fièvre sur les marchés européens"

Le Parisien/Aujourd'hui en France : "Comment bien choisir son lycée"

La Croix : "Que feront-ils contre la pauvreté ?" Six des 10 candidats détaillent leurs mesures contre l'exclusion, à l'appel du collectif Alerte.

Les programmes des deux poids lourds de cette présidentielle

Ce qui fait débat dans la presse - par Alexandra Ackoun

Celui de Hollande, exposé en détails hier à Rennes, calendrier à l'appui... Et celui de Nicolas Sarkozy, que le président-candidat présentera cet après-midi lors d'une conférence de presse.

Un jour sur la toile

Par Hélène Chevallier

  • Project Glass by Google.__ Après la Google Car, la voiture sans conducteur, voici les lunettes Google, une paire de lunettes intelligentes avec réalité augmentée dévoilée hier dans une vidéo. Un concept qui sort tout droit de Google X, un laboratoire secret où selon le site du New York Times, le géant du Net a amassé quelques uns des plus grands experts en la matière. Selon le site de la BBC, plusieurs autres compagnies comme Apple, Sony ou Microsoft travaillerait sur le même type de projet.

- Profession : ProGamer . A l'occasion de la Gamers Assembly, compétition de jeu vidéo qui a lieu ce week-end à Poitiers, zoom sur les joueurs professionels de jeu vidéo avec l'un d'entre eux, Pierre Guivarch, 23 ans.

Le phénomène Mélenchon

La chronique politiquedeGuillaume Roquette, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

Savez-vous quel candidat à la présidentielle a osé déclarer dans un meeting : « Les communistes n’ont pas de sang sur les mains. Le seul qu’ils aient, c’est celui de l’envahisseur qu’ils ont repoussé » ?

C’est Jean-Luc Mélenchon, à Rouen, le 6 mars dernier, qui faisait mine d’oublier les dizaines de millions de morts des régimes communistes d’URSS et de Chine.

Il a de la chance, Jean-Luc Mélenchon, quoi qu’il dise, tout le monde trouve cela formidable. Il peut se réclamer de Robespierre, l’inventeur de la terreur politique, il peut traiter Marine Le Pen de « bête malfaisante », il peut insulter les journalistes, menacer les patrons, soutenir la Chine contre le Dalaï Lama, ou encenser Hugo Chavez, personne ne le critique.

Personne ne dénonce la violence avec laquelle il fait campagne, cette façon de désigner sans cesse des boucs-émissaires, de dresser les gens les uns contre les autres, qui nous replonge dans une atmosphère de guerre froide.

Personne ne dit rien, parce que Jean-Luc Mélenchon est de gauche, qu’il est dans le « camp du bien », comme disait le regretté Philippe Muray. Si un candidat de droite ou d’extrême droite se comportait de la même façon, il serait voué aux gémonies. Mais Mélenchon ne craint rien, il est du bon côté de la barrière.

- Détendez-vous, Mélenchon n’est pas encore élu Président de la République !

__

Bien sûr, mais comme personne ne le critique franchement, il installe dans la tête des Français que la crise n’existe pas, qu’il suffit de faire payer les riches et que tout est possible : le Smic à 1700 euros comme la régularisation de tous les sans-papiers.

La droite se frotte les mains de le voir monter dans les sondages parce que cela gêne Hollande, et Hollande ne dit rien pour ne pas perdre de voix au second tour.

Résultat, Mélenchon a pu tranquillement ressusciter la gauche communiste.

Dans une France en pleine crise, et quel que soit le prochain président, on n’a pas fini de mesurer les conséquences de ce boulevard ouvert au Front de Gauche.

Une chronique en partenariat avec l'hebdomadaire Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

Les scientifiques jouent les apprentis sorciersgrotte de Lascaux

L'histoire du jour -par Alexandra Ackoun

Et c'est un "ouf" que pousse le Figaro . Les tâches sur les mûrs de la grotte ont cessé de s'étendre, mais on revient de loin écrit Yves Miserey. Car selon deux études publiées cette semaine, la stratégie choisie par le laboratoire de recherche des monuments historiques, depuis 2001, pour lutter contre les champignons dans la grotte, n'a fait qu'agraver la situation.

En cause : l'utilisation massive d'un fongicide, le "Devor Mousse", généralement utilisé pour entretenir les sols et les terrains de jeux.

__

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.