• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • D'oh! Les Simpsons menacés de disparition. Selon un article du Daily Beast, la série pourrait disparaître des écrans télé à l'issue de sa 23eme saison. En cause : une querelle sur les salaires entre la Fox et les acteurs qui font les voix d'Homer, Marge ou encore Bart...
  • La déception des fans d'Apple. La marque à la pomme a annoncé un iphone 4S mais pas d'Iphone 5, lors d'une conférence hier soir à Cupertino. Pour revoir la Keynote, c'est ici.__

  • La chronique politique - par Anna Cabana, Grand reporter au Point

Mais où est passé le Sarkozy qui faisait peur ? - par Anna Cabana, Grand reporter au Point

Vous savez que je ne résiste jamais au plaisir de parler d’Alain Juppé. Il se trouve que là, ça s’imposait. Cet homme qui, pendant quinze ans, a croupi au fond des gouffres médiatiques et sondagiers, est désormais le héros des enquêtes d’opinion. Les sorciers appellent cela un « retour d’affection ».

Depuis hier soir, le Ministre le plus populaire du gouvernement pose un problème politique au Président. Car le sondage BVA pour Le Nouvel Obs montre que Juppé, jugé plus rassembleur, devance le chef de l’Etat dans les desiderata présidentiels des sympathisants de la droite et du centre : 48 % d’entre eux souhaiteraient une candidature de Juppé en 2012, contre 46 % pour Sarkozy.

__

- Une courte majorité!

Peut-être, mais c’est une première ! Et même si 59 % des sympathisants de l’UMP veulent que Sarkozy soit candidat, 36 % préfèrent une candidature Juppé. Pour le président sortant, c’est un soufflet. Pour Juppé, le rival de toujours devenu allié de circonstance, c’est une invitation à l’audace. Bien sûr, ce n’est qu’un sondage. Mais symboliquement – et la politique est affaire de symboles -, c’est dévastateur. Parce que jusqu’ici, la plupart des grands élus de droite se disaient que Sarkozy allait sans doute les faire perdre, mais qu’il était malgré tout le meilleur candidat. Il n’y avait pas d’alternative. Désormais, ils ne pourront plus tout à fait penser ça. Juppé non plus. Et c’est en ce sens que la donne vient de changer.

__

- Juppé est-il prêt à faire un putsch ?

Juppé a la religion du service de l’Etat. Ce n’est pas un putschiste, c’est un loyaliste. Il n’a cependant pas oublié qu’il était programmé pour devenir président et que si sa trajectoire n’avait pas été brisée, il serait à la place de Sarkozy. Il n’a renoncé à rien. Il y a six mois, il me disait : « Tant que Sarkozy est notre candidat naturel, je ne bouge pas ». A présent que la première partie de sa phrase (« Tant que Sarkozy est notre candidat naturel » ) est de plus en plus contestable et contestée, va-t-il bouger ?

Une chronique réalisée en partenariat avec Le Point

Le Point logo
Le Point logo © Radio France
Le Point logo
Le Point logo © Radio France
  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

__

  • Le coup de coeur d'Audrey - par Audrey Pulvar

Le coup de coeur d'Audrey - par Audrey Pulvar

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.