• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • Le match Lyon-Zagreb a t-il été truqué? C'est la question que pose notamment Rue 89 Sport après l'incroyable sélection de l'Olympique Lyonnais hier soir pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Le club français s'est imposé 7-1 face au Dinamo.

  • Trucage toujours avec cet article du site Les Observateurs de France 24 qui recense les nombreuses vidéos de fraude lors des élections législatives en Russie.

  • La conférence Le Web a ouvert ses portes hier à Saint-Denis en Ile de France. Il accueille jusqu'à demain, 3500 participants venus de 60 pays dont de nombreuses "stars" du web. A noter la prestation de Karl Lagerfeld, heureux propriétaire de 4 iphones et 20 ipads. L'occasion aussi pour de jeunes start-up de se faire connaître, c'est le cas de LoQuest, site francais de question/réponse géolocalisée.

  • L'édito politique __

La p roposition de loi sur le droit de vote et l’éligibilité des étrangers non européens aux élections locales est discutée aujourd’hui au Sénat - par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

Oui, pour rappeler, d’abord, que c’est le Premier ministre, François Fillon, qui a décidé de contrer lui-même cette proposition devant les sénateurs.

Il est important de le préciser, car depuis des semaines, dès que la droite tient un discours qui ne va pas dans le sens de l’immigration, on l’accuse de draguer les électeurs du Front National. Or, s’il y a quelqu’un qu’on ne peut pas accuser de connivence idéologique avec Marine Le Pen, c’est bien François Fillon.

La droite s’oppose au droit de vote des étrangers pour une raison simple : la citoyenneté ne se partage pas. Ou l’on est Français, ou bien on est ne l’est pas. Il ne peut pas exister de Français de seconde zone, qui seraient autorisés à voter à certaines élections, mais pas à d’autres.

Au moment du discours de Grenoble, les élus de gauche étaient vent debout contre le projet sarkozyste de déchéance possible de la nationalité pour les Français récemment naturalisés. Ils expliquaient qu’il était contraire à tous les principes républicains de fabriquer plusieurs catégories de Français. Et bien c’est exactement ce qu’ils proposent de faire aujourd’hui.

__

- Mais il n’est pas anormal que des étrangers installés depuis longtemps puissent avoir leur mot à dire dans la vie locale !

La France est l’un des pays les plus accueillants du monde en matière de naturalisation. Les étrangers qui sont en France depuis longtemps sans devenir Français l’ont choisi. C’est leur droit le plus strict, mais il faut être cohérent. S’ils ne souhaitent pas être Français, il n’y a pas de raison qu’ils votent comme des citoyens français.

Mais les promoteurs de la proposition de loi ne retiennent pas cet argument. Pour eux, nous sommes entrés « dans une ère post-nationale ».

Le couple citoyenneté/nation est une valeur dépassée, ils veulent encore « plus d’immigration dans la République ». On se demande si la gauche, faute d’avoir su garder les votes populaires, ne cherche pas à faire émerger un vote communautaire.

Une chronique en partenariat avec Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France
Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

__

  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.