• A la Une de vos journaux ce matin -par Yves Decaens

__

  • Ce qui fait débat dans la presse- parYves Decaens

__

  • Un jour sur la toile- par Hélène Chevallier __

- Le 115 du particulier . Depuis 4 jours, un groupe Facebook a été créé pour mettre en relation SDF et particuliers. Ces derniers peuvent y proposer couvertures, vêtements, et surtoit un toît pour passer la nuit. A lire notamment sur le Blog Chez Francis sur Rue89.

- Le faux illimité des forfaits mobiles. L'UFC Que choisir a passé au crible les forfaits de onze opérateurs créés ou actualisés depuis l'arrivée tonitruante de Free sur le marché de la téléphonie mobile. L'association de consommateurs pointe du doigt les offres illimitées "limitées" et les closes abusives dans les contrats. Interview de son président Alain Bazot.

  • La chronique politique

Les petits calculs de Sarkozy - par Anna Cabana, grand reporter au Point

__ __ Retour sur la stratégie de Nicolas Sarkozy vis-à-vis de la candidature de Marine Le Pen…

…et vis-à-vis de sa candidature ou de son absence. Est-ce que ce serait un drame si la présidente du Front national ne parvenait pas à réunir les 500 signatures nécessaires à sa présence au premier tour ? Sur cette question, le cœur -politique- de Nicolas Sarkozy balance. Début janvier, il considérait que Marine Le Pen lui serait utile pour « __ contenir » François Bayrou, dont l’ascension lui faisait peur.

Un influent ami du président expliquait : «Si elle n’est pas candidate, Bayrou va faire un malheur, car une partie du vote contestataire se reportera sur lui.» Sarkozy redoutait que l’absence de Marine Le Pen ne propulse Bayrou au second tour. « __ i Bayrou passe le premier tour, il gagne!» prédisait le Chef de l’Etat. Il lui importait donc que Marine Le Pen obtienne ses parrainages.

- Il aurait décidé de l’aider à avoir ses signatures ?

Il pensait qu’il était dans son intérêt qu’elle les ait. Mi-janvier, un membre du premier cercle du Président me confiait : « Parrainer, ce n’est pas soutenir. Les maires doivent le comprendre. Marine doit pouvoir être candidate. Nicolas en a besoin. »

__

Le Président en est moins sûr aujourd’hui. Il a revu sa stratégie, notamment à la lecture des sondages confidentiels de la mi-janvier qui lui ont montré qu’au premier tour, l’écart entre Marine Le Pen et lui se resserrait (21 contre 24%), ce qui laissait planer la menace de sa propre éviction. Or, en l’absence de la candidate du FN, il était crédité par ces mêmes sondages secrets de 32% des suffrages. Un pourcentage que confirment les dernières enquêtes d’opinion –publiques, celles-là... Bref, pour Sarkozy, l’équation a changé.

- Il n’a donc plus intérêt à ce que Marine Le Pen soit candidate ?

« __ Celui qui a le plus intérêt à ce que Marine Le Pen se présente, c’est Hollande. » C’est ce que m’a dit un éminent conseiller de Sarkozy. Qui est allé plus loin encore. Je le cite : « Vous, journalistes, devriez regarder comment Hollande va aider Marine à avoir ses signatures… »

Les amis de Sarkozy ne diront bien sûr rien de tel publiquement. Le sujet est trop sensible pour qu’ils prennent le moindre risque. Pas question, pour eux, d’endosser la responsabilité de l’absence au premier tour de Marine Le Pen. Ils ont bien trop peur qu’en représailles, le Front national n’assassine l’UMP aux législatives.

__

Une chronique réalisée en partenariat avec Le Point

Le Point logo
Le Point logo © Radio France
Le Point logo
Le Point logo © Radio France

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.