• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • Retour sur l'explosion du site nucléaire de Marcoule de façon décalée avec le reportage en bande dessinée de Julien Revenu sur le site de Rue89__

  • La rumeur d'un prochain service de location de livre numérique chez Amazon. Et Ikéa qui, selon The Economist, anticipe la disparition des livres en modifiant son étagère Billy.

  • Le lancement d'Otograff, premier magazine papier personnalisable sur Internet

  • La chronique politique - par Benjamin Sportouch, journaliste à L'Express
Le Monde
Le Monde © Radio France

La chronique politique - par Benjamin Sportouch, journaliste à L'Express

Un CDD à l'Elysée ?

Je m’interroge : faut-il avoir accompli un stage à l’Elysée ou avoir décroché un CDD de Président de la République, pour avoir le droit de prétendre, un jour, le devenir ?

Je m’explique : j’ai entendu comme vous les dernières piques de Ségolène Royal contre François Hollande. Il n’aurait pas l’expérience requise pour être chef de l’Etat. Laurent Fabius (qui fut lui-même Premier ministre) n’imagine même pas « en rêve » qu’il puisse le devenir. Voilà donc un procès en inexpérience intenté à François Hollande. Un refrain déjà repris par la droite. Et Nicolas Sarkozy en fera, c’est certain, un argument de sa campagne.

Je ne vous parle même pas des petits candidats à la primaire : Manuel Valls, Arnaud Montebourg… On leur reconnaît tout juste le droit de s’y présenter. Etre un simple député ne peut suffire, dans notre pays, pour un jour briguer la fonction suprême. Tout comme avoir dirigé un grand parti pendant dix ans.

__ - Ce n’est pourtant pas ce que les deux grands partis prônent dans leurs discours.

Le paradoxe est bien là. A gauche comme à droite, on écrit, on dit, on proclame que la République doit donner à chacun la possibilité de prendre l’ascenseur social. Qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un CV long comme le bras pour gravir les échelons. Qu’il faut donner leur chance aux jeunes sans qualification, sans diplôme. C’est cela la méritocratie républicaine : l’aptitude au centre de tout, la volonté récompensée.

Mais voilà, en politique ces bonnes paroles restent au stade de l’incantation. L’exemplarité ne vient pas d’en haut. Et une fois de plus, la France est bien isolée.

__

- Ailleurs, cela ne se passe pas pareil ?

Bien sûr que non. Regardez Zapatero en Espagne, David Cameron au Royaume-Uni et j’en passe. Avant de prendre les rênes de leur pays, ils étaient parlementaires et chefs de partis. Barack Obama, sa plus haute fonction avant de rejoindre la Maison Blanche ? Sénateur.

S’il doit y avoir un débat, c’est sur les compétences personnelles qu’il doit avoir lieu, sur les propositions, sur le sens des responsabilités. Sur la personnalité même. Mais un CV n’a jamais fait un grand homme ou une grande femme d’Etat. La capacité d’adaptation, de fixer les grandes orientations, sont bien plus importantes que la liste des fonctions passées.

C’est aussi en cela que nos politiques doivent donner l’exemple : la crédibilité se gagne dans l’épreuve. Elle n’est pas une ligne ajoutée à un parcours.

L'Express
L'Express © Radio France

Une chronique réalisée en partenariat avec L'Express

  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

__

  • Le coup de__ c œur d'Audrey - par Audrey Pulvar

Dans la presse ce matin, les révélations du quotidien L'Equipe sur le mari de Jannie Longo. Alors que la championne de cysclisme, âgée de 52 ans, est sous le coup d'une suspension qui pourrait durer de trois mois à deux ans pour avoir contrevenu, à trois reprises aux règles de localisation de l'Agence française de lutte contre le dopage, on apprend, d'une grande enquête menée par L'Equipe que son mari et entrapineur s'est plusieurs fois fourni en EPO auprès de Joe Papp, un ancien coureur reconverti en dealer de produits dopants auprès d'au moins deux cents personnes -une "communauté criminelle ", comme il la décrit lui-même. Il affirme que les produits achetés par Patrice Ciprelli étaient bien destinés à Jannie Longo, mais le qotidien L'Equipe estime qu'on ne peut pas en apporter la preuve. __

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.