• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • La bibliothèque numérique de Cambridge vient de mettre en ligne récemment des carnets de notes d'Isaac Newton.

  • Quelles données personnelles récupérent les opérateurs de téléphonie mobiles et les éditeurs d'application sur les smartphones et pour quelle utilisation? La CNIL a annoncé hier qu'elle allait enquêter sur le sujet alors que le scandale Carrier IQ touche actuellement les Etats-Unis.

  • La chronique politique

Villepin veut « être un sujet » ! - par Anna Cabana, grand reporter au Point

Dominique de Villepin…

… dont on a tous sous-estimé combien il s’était piqué de politique ! Sa femme Marie-Laure nous avait pourtant prévenus : quand, au printemps dernier, elle a annoncé leur séparation dans Gala , elle a expliqué qu’elle croyait avoir épousé un diplomate et qu’elle s’était réveillée à côté d’un homme politique. Villepin, qui croit dur comme fer en Dieu, est persuadé que son destin est politique.

Ça ne passait pas forcément par une candidature à la présidentielle, mais pour éviter ça, il eût fallu que Sarkozy forme le gouvernement d’union nationale que Villepin appelle de ses vœux. Si le chef de l’Etat avait proposé à Villepin d’entrer dans un tel gouvernement, il aurait accepté.

Comme il n’en fut rien et que les amis du Président et les commentateurs certifiaient à tue-tête que son cas était « réglé », son sang orgueilleux n’a fait qu’un tour.

- Il aurait donc annoncé sa candidature par simple esprit de contradiction ?

Prendre le microcosme à contrepied, il n’y a rien de plus jouissif pour un homme qui s’est juré de ne jamais être ni « négociable » ni « prévisible ». Vous avez vu son sourire gourmand, hier, quand il a répété, derrière ce pupitre trop étriqué pour lui, qu’il était un « candidat-surprise » ? Il a réussi son coup.

Il était important pour lui que Sarkozy arrête de dire : « Villepin n’est plus un sujet ». Car Villepin veut « être un sujet » ! Il a constaté que Jean-Louis Borloo n’a plus pesé du jour où il a annoncé qu’il jetait l’éponge, et que François Bayrou connaît une nouvelle vigueur depuis qu’il s’est déclaré candidat. Villepin s’attend d’ailleurs à très vite remonter dans les sondages.

- Etre candidat, c’est aussi un bouclier contre les affaires Karachi et Relais et Châteaux ?

Il va pouvoir dire qu’il est attaqué parce qu’il pose un problème politique. Lundi, il a envoyé un mail à ses sympathisants où il écrit que « tout a été fait pour (l)'empêcher d'être candidat » ; dans ce texte qui n’est pas public, il reparle d’« acharnement ». Le mot qu’il avait employé à l’ouverture du premier procès Clearstream : « Je suis ici par l’acharnement d’un homme : Nicolas Sarkozy ». La boucle est bouclée.

Une chronique réalisée en partenariat avec Le Point

Le Point logo
Le Point logo © Radio France
Le Point logo
Le Point logo © Radio France
  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.