• A la Une de la presse ce matin - par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans les pages culture ce matin - par Eric Delvaux

  • Un jour sur la toile - par Anne Jocteur-Monrozier

  • Shimon Peres débarque sur Facebook en fanfare

http://youtu.be/FjQdB0C6ypo - Pinterest, le réseau social qui montehttp://pinterest.com/- La chronique politique -par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction deValeurs Actuelles

Le dernier sondage CSA qui donne Sarkozy et Hollande à égalité au premier tour de la présidentielle…

« Sarkozy a fait un rêve », titrait notre confrère Libération hier matin. Le rêve de passer devant François Hollande dans les intentions de vote du premier tour. Evidemment, ce n’était qu’un rêve, puisque depuis des mois on nous répète en boucle que François Hollande ne peut pas perdre, qu’il a déjà gagné ; d’ailleurs le principal sujet de discussion des dirigeants socialistes consiste à savoir qui sera ministre et de quoi. Certes, il avait bien ce sondage Ifop qui donnait Nicolas Sarkozy devant Hollande au premier tour, heureusement un autre avait rassuré tout le monde quelques heures plus tard, Hollande restait en tête. Mais voilà qu’un troisième sondage, celui de CSA, donne les deux hommes à égalité.

Pour se résumer, il semble bien que la réalité soit la suivante : Sarkozy n’a peut être pas doublé Hollande, mais il l’a rattrapé au premier tour dans les intentions de vote.

- Mais les sondages donnent toujours Hollande très largement gagnant au 2e tour…

C’est vrai, mais l’écart s’amenuise au fur et à mesure que les reports de voix des électeurs de Le Pen et Bayrou sur Sarkozy s’améliorent. Et puis, François Hollande n’est pas dans une bonne dynamique. Autant il avait réussi à siphonner les intentions de vote écologistes au détriment de cette pauvre Eva Joly, autant il n’arrive pas à contenir la progression de Jean Luc Mélenchon, qui gagne du terrain dans l’électorat populaire de gauche à son détriment.

Il faut donc que François Hollande remobilise son camp, en lui expliquant que ce n’est pas encore gagné. C’est ce qu’il a fait hier soir à Marseille mais il ne lui reste que quelques jours avant que les lumières médiatiques ne s’éteignent. Car quand la campagne officielle commencera, à partir de la semaine prochaine, il aura beaucoup moins accès aux télés et aux radios, égalité des temps de parole oblige.

Alors que Nicolas Sarkozy, lui, va continuer à avoir accès aux médias en tant que Chef de l’Etat en exercice, et qu’il en profitera par exemple pour développer sa vision de « l’Europe frontière » en dénonçant « l’Europe passoire ». C’est un thème compliqué pour François Hollande, qui est un européiste convaincu mais qui doit composer avec un électorat de gauche largement eurosceptique. Le candidat socialiste pensait que le rejet du sarkozysme suffirait à le faire gagner, mais les choses s’annoncent un peu plus compliquées…

Une chronique en partenariat avec l'hebdomadaire Valeurs Actuelles

__

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.