• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier __

E-memorial pour Jan Palach : Un site internet entièrement dédié à l'étudiant tchèque qui s'immola en 1969 pour protester contre l'invasion de son pays par les troupes soviétiques vient d'être lancé.

- Israël à nouveau victime de cyberattaque. Le site de la bourse de Tel Aviv et de la compagnie aérienne El Al était inaccessible hier. Comme lors de la publication de milliers de coordonnées de carte bancaire appartenant à des Israéliens il y a 10 jours, le piratage est revendiqué par un certain OxOma.

Président ? Non, Chef de l'Etat !

Mesdames et messieurs les ministres, mesdames et messieurs les élus de la majorité, vous êtes priés de ne plus dire que Nicolas Sarkozy est Président de la République. Merci de remplacer dorénavant Président par le Chef de l’Etat. Nuance… Cette doléance, je vous rassure, ne vient pas de moi.

C’est une préconisation de la cellule Fourtou, du nom du président du comité de surveillance de Vivendi : Jean-René Fourtou. Ce proche de Nicolas Sarkozy est à l’initiative d’une réunion mise en place il y a déjà plusieurs mois pour aider le Président de la République, pardon, le Chef de l’Etat, à être réélu. Un brainstorming hebdomadaire qui réunit grands patrons, personnalités des médias et cadres de l’UMP et qui a est donc à l’origine de cette trouvaille.

L’explication : « Chef de l’Etat » serait plus solennel que « Président de la République » et donc l’homme qui incarne cette fonction, plus difficilement contestable.

- La compétition présidentielle se joue donc aussi sur les mots

Nicolas Sarkozy cherche à prendre l’avantage sur François Hollande en terme de crédibilité. Les stratèges qui l’entourent ont constaté que le candidat socialiste peinait à revêtir l’habit présidentiel. C’est en tout cas ce que révèlent les sondages.

Dans une récente enquête de l’IFOP, 40% des personnes interrogées estiment que Nicolas Sarkozy a l’étoffe d’un président, contre 22% seulement pour son rival de gauche.

Dans le camp du Président, l’idée est donc d’exploiter cette faille de l’adversaire pour imposer Nicolas Sarkozy comme le seul Homme d’Etat avec un grand « H », capable de relever les nombreux défis d’aujourd’hui.

- Cela peut-il changer les choses ?

Préférer « le Chef de l’Etat prend en compte la perte du triple A » plutôt que « le Président prend en compte la dégradation de la France », je ne suis pas sûr que le glissement sémantique soit très efficace.

Les mots ne peuvent pas servir longtemps de cache-misère et détourner l’attention d’une situation bien réelle : l’échec de Nicolas Sarkozy à conserver le rang de la France dans l’économie européenne.

Ce qui est surprenant, c’est que François Hollande s’est lui aussi réfugié dans les mots pour tenter de rattraper son retard en termes de stature présidentielle. Peu de temps après sa désignation, il avait martelé : « je ne suis pas un contre-président, je suis le prochain ». Une expression un peu prétentieuse qui n’a d’ailleurs pas fait long feu.

Car pour François Hollande comme pour Nicolas Sarkozy, les mots ne remplaceront jamais la nécessité d’une vision, d’un projet pour la France. Président ou Chef de l’Etat, peu importe. Pourvu qu’ils soient à la hauteur des attentes du pays.

Une chronique en partenariat avec l'hebdomadaire L'Express

L'Express
L'Express © Radio France
  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

__

  • Le conseil d'Audrey Pulvar

Grand dossier, sur http://edition.cnn.com/video/?hpt=hp_c2#/video/world/2012/01/16/cfp-abdul-chained-chocolate.cnn intitulé "Child Slavery in Cocoa Industry" : reportages, témoignages d'enfants d'une dizaine d'années, esclaves dans l'industrie du cacao.

CNN parle de dizaines de milliers d'enfants, peut-être 100.000, réduits en esclavage en Côte d'Ivoire pour que nous mangions, par exemple, des chocolats à Noël.

Un reportage qui en rappelle un autre, sur les enfants qui fabriquent des chaussures de sport en Chine.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.