__

__

  • Un jour sur la toile- par Anne Jocteur Monrozier

  • One Millionth Tower : un webdocumentaire en 3D sur les habitants d'un gratte-ciel canadien

  • A l'occasion de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées, le point sur l'accessibilité des nouvelles technologies

  • L'édito politique __

L'accord de désaccord - par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

Un accord a été conclu entre le Parti Socialistes et Europe-Ecologie-Les-Verts mardi dernier, en dépit de leur divergence majeure sur le nucléaire

Il faut saluer la créativité des négociateurs du PS et d’EELV qui ont inventé « l’accord de désaccord ». François Hollande était réputé, au PS, pour son sens du compromis. Il a de toute évidence fait école.

On peut quand même se demander comment les écologistes ont pu signer cet accord avec les socialistes en cédant sur des points dont ils affirmaient, quelques jours plus tôt, qu’ils n’étaient pas négociables : l’abandon du réacteur d’EPR de Flamanville bien sûr, mais aussi le projet du nouvel aéroport de Nantes.

C’est simple, les écologistes se sont convertis à la célèbre maxime de Napoléon : « d’abord on gagne, et ensuite on voit ». Et ils n’ont pas fait les choses à moitié.

La patronne du parti, Cécile Duflot, a reçu un parachute de compétition pour atterrir dans une circonscription parisienne gagnée d’avance, qui lui servira de tremplin pour la conquête de la mairie. Vous me direz que François Fillon ne fait pas autre chose, mais lui, au moins, ne se pose pas en professeur de vertu.

- Soyons honnêtes : l’accord ne se limite pas au sort de Cécile Duflot !

C’est vrai, elle n’est pas la seule à s’en être bien sortie. A moins d’un raz-de-marée UMP aux prochaines législatives, hypothèse assez improbable à ce jour, les écologistes sont assurés de pouvoir constituer un groupe à l’Assemblée nationale, car l’accord avec le PS leur garantit d’avoir l’année prochaine les quinze députés requis. Tout cela vaut bien un EPR et un aéroport.

Le seul hic, c’est que les écologistes semblent bien s’être fait rouler dans la farine par François Hollande qui, hier, a fait disparaître de l’accord signé des éléments qui lui posaient problème sur le combustible nucléaire MOX. En matière de realpolitik, les Verts ne sont pas encore tout à fait au niveau des socialistes…

Une chronique en partenariat avec Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France
Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

__

Dossier du Nouvel Observateur en kiosque actuellement consacré à la sécurité chez Air France.

Un constat inquiétant suite à l'audit réalisé suite à la catastrophe du vol Rio-Paris qui avait fait 228 morts.

420 vols ont été testés et les résultats de l'audit sont si inquiétants qu'ils restent quasi confidentiels.

Depuis le krach du Rio-Paris, le taux d'accident de la compagnie dépasse la normale de 2 à 3 fois, d'après les chiffres d'Airbus.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.