A la Une de la presse ce matin

Par Eric Delvaux

Le Parisien Aujourd'hui en France : "Comment lutter contre les vols de carburants"

La Croix : "Le long exode des Maliens vers Bamako"

Les Echos : "L'Europe comme le maillon faible d'une croissance mondiale revue à la hausse

L'Humanité : "Comment le Front de gauche veut mettre Marine Lepen hors jeu"

Le Figaro : "François Bayrou espère être l'arbitre du second tour et entretient le suspense sur son attitude entre les deux tours"

Libération : "Un court message tel qu'il pourrait apparaitre dimanche dès 18h30 sur les réseaux sociaux : les estimations du premier tour sorties des urnes, sans même attendre la fermeture des bureaux de vote à 20 heures"

Une publicité jugée sexiste

Ce qui fait débat dans la presse ce matin, par Eric Delvaux

__

Une publicité qui passe en boucle depuis une semaine sur l'antenne de France Info : un message à la voix aguicheuse qui invite à se faire plaisir dans le département du Jura, dénoncé par les réseaux sociaux et les Chiennes de garde.

Un jour sur la toile

Par Hélène Chevallier

__

facebook graffiti syrie
facebook graffiti syrie © radio-france

- La semaine des grafitis de la paix. Les Syriens sont invités à répondre aux bombes de l'armée par des bombes... de peinture. Le but : recouvrir les murs des villes syriennes de graffitis exprimant le rejet du pouvoir. Pour que le maximum de personnes y participe, le cyber activiste Tarek Alghorani à l'origine de cette opération a posté sur Facebook des pochoirs et des tutoriaux. Le mouvement est inspiré d'opération similaire qui ce sont déroulées en Egypte et en Iran ces derniers mois. A lire sur le site des observateurs de France 24.

  • Et de Syrie justement, il en a été question dans la nouvelle émission animée par Julian Assange . L'invité dont le nom avait été gardé secret jusqu'à la dernière minute était le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Un entretien de 28 minutes diffusé sur la chaîne de télévision russe RT, disponible également sur YouTube.

-Ikea se lance dans les téléviseurs. Selon le site TechCrunch, le géant suèdois va lancer prochainement une ligne de meubles de salon avec téléviseurs connectés et systéme audio intégrés. Son but : mettre fin à la galère des cables. Son nom Uppleva.

- Draw Something : le pictionnary 2.0 : Plus de 50 millions de téléchargements en à peine deux mois pour cette application qui remet au goût du jour le principe du Pictionnary.

- Whale Alert, l'appli qui sauve les baleines . A destination des capitaines de bateau, whale alert permet de repérer pratiquement en temps réél où sont les cétacés grâce à des bouées acoustiques qui les écoutent et les localisent. Dès qu'un bateau s'approche un peu trop près d'une zone où une baleine a été repérée, son utilisateur est alerté. Une application développée par le Fonds international pour la protection des animaux dont le but est de diminuer les risques de collision avec les baleines franches dans l'Atlantique Nord, espèce au bord de l'extinction.

Mélenchon n’est pas qu’un gueulard populiste !

La chronique politique d'Anna Cabana, Grand reporter à l'hebdomdaireLe Point

Jean-Luc Mélenchon, l’homme qui sait parler au peuple…

...Et pas seulement en vociférant contre les riches et en insultant les puissants. Le candidat du Front de gauche n’est pas qu’un gueulard populiste. Ce serait trop simple. Or, ses discours sont tout sauf simples. L’ancien prof de français s’adresse au « populo » avec des mots compliqués et une syntaxe sophistiquée. Depuis des années, les communicants expliquent aux politiques que, pour être compris du grand public, il faut faire des phrases simples – sujet verbe complément - en bannissant les mots trop recherchés et en évitant de parler trop longtemps, pour ne pas lasser. Mélenchon fait strictement l’inverse.

-Que voulez-vous dire ?

Il considère que la simplification de la langue est une forme de mépris de classe. Il pense que respecter le peuple, c’est le tirer vers le haut, y compris dans le choix du vocabulaire et le raffinement de la syntaxe. J’étais samedi sur la plage du Prado, à Marseille, pour son meeting géant. Sa harangue – qui a duré 1h20 - était écrite dans un français plus que parfait. Il y avait de la poésie de bout en bout. Il a dit qu’il était venu – je le cite - « recevoir sur cette plage, au bord de ses lèvres fraiches, le baiser de la Méditerranée. » Il a invité les quelques 100 000 personnes rassemblées à « écouter le murmure de l’histoire longue qui travaille en nous » et à ne pas « laisser la mer violette, comme disait Homère, devenir un cloaque. » Il a expliqué que « l’obscurantisme jetait à terre l’esprit humain » , il a apostrophé Aubrac à la deuxième personne du singulier.

- Comment réagit son public ?

Au lieu de tordre le nez, les gens le regardaient avec des yeux brillants. Mais pas comme on regarde une rock star ou un gourou. « C’est un éclaireur, m’a dit Sylvain, un employé de banque de 34 ans. Contrairement aux autres, il ne nous prend pas pour des imbéciles. Quand on l’écoute, on se sent plus intelligent. » Une dame voilée qui n’a pas arrêté de lancer des youyous pendant le meeting me l’a confirmé : « Je ne comprends pas tous les mots, mais c’est généreux, c’est beau, et j’apprends tant de choses » , m’a-t-elle dit.

Pendant ce temps, sur la scène, Mélenchon grondait : « Quand on parle à l’esprit, à la conscience, alors toutes les consciences entendent. »

Une chronique réalisée en partenariat avec l'hebdomadaire Le Point

Le Point logo
Le Point logo © Radio France

"Les jeunes ne sont pas lepénistes"

L'histoire du jour, par Eric Delvaux

C'est le titre en page intérieure du journal L'Humanité en reponse au titre du quotidien Le Monde daté du 9 avril, qui affirmait que Marine Lepen était en tête chez les 18-24 ans.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.