• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse- par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile- par Hélène Chevallier

__ Le Net serait-il responsable de la hausse des cambriolages en France? A lire sur le blog Big Brother du Monde.fr, les sites de petites annonces comme ebay, leboncoin ou price minister faciliteraient la revente d'objet volé. C'est en tout cas une piste sérieusement envisagée par l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales... Polémique autour du nouveau Google . Le géant du Net vient de modifier son moteur de recherche aux Etats-Unis. Depuis le 10 janvier, il intégre dans ses résultats ses autres services comme Google PLus ou Picassa pour une recherche soi-disant plus sociale et donc plus personnelle. Une fonctionnalité qui remet en cause la déjà très contestée neutralité du moteur de recherche, utilisé en France par 9 personnes sur 10. A lire sur rue 89 et sur Slate.fr.

J'ai débranché de Thierry Crouzet. Dans son livre, ce " dino-geek", épuisé par sa vie d'hyper-connecté, raconte son expérience de six mois sans Internet. Interview de Thierry Crouzet.

  • L'édito politique __

Quel bilan tirer du sommet social ? - par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

C’était un grand moment. Nicolas Sarkozy nous a expliqué que la crise était grave et qu’il fallait des décisions fortes. Et après, il a distribué l’argent qu’il n’a pas : 150 millions pour former les chômeurs (en oubliant de dire que cela concerne moins d’un chômeur sur dix), 140 millions pour le chômage partiel (en oubliant de dire que le dispositif est inutilisable pour la quasi-totalité des entreprises tellement il est complexe) et 100 millions de baisse des charges pour les jeunes recrutés dans les toutes petites entreprises (et tant pis pour les autres).

J’oubliais l’essentiel : on a commandé à Gérard Larcher un rapport sur la réforme de la formation professionnelle. Le pauvre Larcher a deux mois pour mener à bien sa mission. A mon avis, ce n’est pas assez. Rien que pour lire tous les rapports écrits sur le sujet qu’on a ensuite soigneusement enterrés pour ne pas fâcher les syndicats, il lui faudra bien un trimestre.

- Vous êtes sévère... Le Président a aussi annoncé d’autres mesures pour la fin du mois : la création d’un établissement dédié au financement de l’industrie, des mesures fortes pour doper l’offre de logement

Et bien, espérons pour lui qu’elles seront un peu plus consistantes. Hier, Nicolas Sarkozy a fait exactement ce qu’il reproche à son adversaire socialiste : il a consciencieusement écouté tout le monde et ensuite, il a présenté un programme minimum qui ne fâche personne mais ne résout rien. Mais si Hollande peut se contenter de cette stratégie du moindre risque, ce n’est pas le cas de Nicolas Sarkozy.

Pour avoir une chance d’être réélu, il faut qu’il renverse la table, qu’il crée un choc dans l’opinion. Il le sait, mais il ne veut pas se dévoiler trop tôt. En plus, son camp est divisé sur la TVA sociale, qui sera forcément impopulaire. Alors, il temporise. Il laisse François Hollande présenter son projet le premier et il promet des annonces, mais pas avant la fin du mois.

Tout cela est peut être très intelligent, mais pour l’instant, ce n’est pas très mobilisateur.

Une chronique en partenariat avec Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France
Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

__

  • L'histoire du jour- par Eric Delvaux

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.