• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • La répression sanglante au Yemen . La journée a commencé par de forts bombardements relayés sur par les quelques journalistes ou membre d'ONG sur place, certains Yéménites comme YouthStandYemen (Attention le contenu de ces vidéos est particulièrement violent) postent sur Internet des vidéos témoignant de la violence des manifestations de ces derniers jours. A voir également, la chaîne d'opposition SuhaiTv retransmise sur le site de streaming, Justin.tv.

  • A l'occasion du Social Good Summit, un sommet en partenariat avec les Nations Unies qui met en lumière des projets qui utilisent internet ou les nouvelles technologies pour des causes sociales, gros plan sur leWeb solidaire. Un des exemples les plus connus est le site américain Kiva, une plateforme de micro-crédit entre particuliers. En France, lancé ce matin, MailForGood a pour but de donner plus de visibilité aux associations.

  • L'édito politique - par Benjamin Sportouch , journaliste à l'hebdomadaire L'Express

__

Quand les politiques débranchent- par Benjamin Sportouch , journaliste à l'hebdomadaire L'Express

C'est un mot très prisé de nos hommes politiques : "débrancher"

Non, je ne vais pas vous parler ce matin du look de nos politiques. « Débrancher » n’est pas l’antonyme de « branché ». « Débrancher », dans le langage politique, cela veut dire « tenter de dissuader un candidat de se présenter à une élection ». Une pratique qui est très courue, surtout, vous l’imaginez, quand des échéances électorales approchent à grand pas.

- C'est une allusion à la présidentielle ?

Oui, mais pas seulement. On a tendance à l’oublier : dimanche ont lieu les élections sénatoriales. La gauche pourrait l’emporter, une alternance qui serait inédite. Un véritable séisme politique. Vous imaginez la fébrilité de la droite à quelques jours du vote ! Donc, depuis quelques semaines, pour éviter des dissidences, l’Elysée s’active pour « débrancher » des candidats.

Et le cas le plus emblématique, c’est celui de Pierre Charon, un ami de très longue date de Nicolas Sarkozy qui voulait figurer sur la liste officielle de l’UMP à Paris. Mais faute d’avoir obtenu gain de cause, il a décidé de faire cavalier seul. Depuis, le chef de l’Etat et son entourage font tout pour le décourager. Jusqu’à -c’est en tout cas ce qu’affirme l’ancien conseiller du Président- faire pression sur les grands électeurs.

- Est-ce que l’on « débranche » les candidats pour tous les types d’élections ?

En effet. Pour la présidentielle, Nicolas Sarkozy veut être le seul candidat à droite pour rassembler dès le premier tour le maximum d’électeurs. C’était sa stratégie en 2007. Une stratégie victorieuse qu’il veut renouveler en 2012. Et pour cela, il essaie de débrancher les possibles concurrents.

Suivez mon regard : Jean-Louis Borloo est dans son viseur. A l’UMP comme à l’Elysée, on essaie de déstabiliser l’adversaire : on fait courir des bruits. D’abord en disant que l’ancien ministre de l’Ecologie ne se présentera pas, puis, aujourd’hui, les mêmes affirment qu’il se présentera mais qu’il n’ira pas jusqu’au bout.

Nicolas Sarkozy a aussi essayé, depuis 2007, de « débrancher » François Bayrou, le président du Modem qui faisait sa rentrée le week-end dernier dans le Var, en l’isolant au maximum. Mais là aussi, ça n’a pas marché : Bayrou va y aller, c’est sûr. Du coup, Nicolas Sarkozy tente un rapprochement.

Finalement, mieux vaut laisser les électeurs brancher ou débrancher des candidats ; les élections sont là pour ça.

Une chronique en partenariat avec L'Express

L'Express
L'Express © Radio France
  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

  • Le coup de coeur d'Audrey - par Audrey Pulvar

Très bon dossier, dans Le Monde, sur les groupes d'extrême droite aux Etats-Unis : les suprématistes, les skinheads, les milices et le Klu Klux Klan.

Les enquêteurs qui les traquent, des dizaines de milliers de groupes aujourd'hui dans le pays, estiment que toutes les conditions sont réunies pour qu'un nouvel attentat du type de celui d'Oklaoma qui avait fait 168 morts en 1995.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.