• A la Une de vos journaux ce matin -par Manuel Ruffez

__

  • Dans les pages médias - par Manuel Ruffez

  • Gros plan sur la chaine d'information Al-Jaazira, dont on a beaucoup parlé après son rachat des matchs de football de la Ligue des champions, et l'annonce du lancement, en mai prochain, d'une chaine infos-sport en français. Le journaliste du Figaro Georges Malbrunot s'est rendu dans les locaux d'Al-Jezira, à Doha.

  • Le site d'information gratuit français Rue89 vient d'assurer son avenir financier, peut-être au détriment de son indépendance. A voir à l'usage... Rue89 est racheté par l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur qui possédait déjà une petite participation dans le site.

  • L'édito politique __

Les lois mémorielles, un signe de régression de notre intelligence collective - par Guillaume Roquette , directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

L’Assemblée nationale devrait adopter aujourd’hui une proposition de loi UMP punissant la négation des génocides, et notamment le génocide arménien.

Les lois mémorielles, qui imposent une version officielle de l’histoire, partent des meilleures intentions. Certaines ont d’ailleurs été votées à l’unanimité au Parlement. Dans le cas de la proposition de loi examinée ce matin, on sait que la Turquie a toujours nié s’être rendue coupable d’un génocide en Arménie.

Mais nous sommes en France, pas en Turquie. Et dans un Etat libre, il n’appartient ni au Parlement ni aux tribunaux de définir la vérité historique. L’Etat peut encadrer la mémoire collective par des commémorations ou des cérémonies d’hommage, mais il n’a pas à criminaliser l’histoire.

De plus, ces lois mémorielles sont contreproductives. Si les événements dont on interdit la négation sont vrais, pourquoi faire une loi ? Tous les complotistes, et cela fait du monde, s’en donnent à cœur joie pour dire que les lois mémorielles visent à empêcher de faire émerger la vérité.

Encore une fois, dans une démocratie, il ne saurait y avoir de vérité officielle. La seule vérité est celle de l’histoire.

- Mais ces lois répondent à une nécessité : il y a bien des gens qui nient l’existence des chambres à gaz, ou les horreurs de l’esclavage !

Croyez-vous que ces gens cesseront pour autant leurs délires ? Tapez « négation chambre à gaz » sur Google, vous trouverez plus de 700.000 occurrences avec de quoi rédiger le parfait manuel du petit négationniste.

Derrière cette multiplication des lois mémorielles, il y a une forme de surenchère des mémoires particulières. Notre société est de plus en plus hétérogène. L’histoire n’est plus un patrimoine commun mais devient un enjeu de conflits entre communautés.

Au lieu de convaincre en apportant des preuves, on poursuit devant les tribunaux. Les lois mémorielles sont aussi une régression de notre intelligence collective.

Une chronique en partenariat avec Valeurs Actuelles

Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France
Valeurs actuelles
Valeurs actuelles © Radio France

__

  • L'histoire du jour - par Manuel Ruffez

Libération nous apprend dans ses pages "Grand Angle" que dans 9 vols sur 10, les pilotes gèrent un incident non répertorié par les manuels. Accrochez vos ceintures !__

  • Le conseil d'Audrey Pulvar

Interview de Gerhard Shröder dans Le Figaro ce matin (pages Débats et Opinions).

L'ancien chancelier social-démocrate était à Paris mardi. Il a été reçu par le Président de la République. Il explique, dans son interview, que les réformes qu'il a menées ne sont pas un modèle, mais une nécessité dont d'autres pays européens vont devoir tenir compte. Il apporte également son soutien à Nicolas Sarkozy, en particulier en ce qui concerne les retraites. Il revient également sur les questions d'actualité (crise des dettes souveraines, règle d'or, possibilité de récession...).

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.