• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse- par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile- par Hélène Chevallier

  • L'édito politique

La regrettable amnésie des politiques- par Benjamin Sportouch , journaliste à l'hebdomadaire L'Express

__

Cet été, toute la classe politique s’était émue du drame qui a frappé la Norvège : la tuerie d’Oslo et d’Utoya qui a fait 77 morts, la plus grave attaque dans ce pays depuis 1945 commise par un extrémiste de droite. Et les mêmes personnalités politiques de notre pays, de gauche comme de droite, avaient salué le sang-froid de leurs homologues norvégiens qui s’étaient gardés de toute récupération politique.

Voilà que notre actualité est à son tour marquée par un terrible fait divers à Chambon-sur-Lignon. Mais face à ce crime effroyable d’une adolescente par un autre jeune, le gouvernement a choisi de ne pas s’inspirer de la réaction norvégienne...

- ... Notamment en organisantex abrupto une réunion à Matignon

François Fillon, habituellement très mesuré sur les thématiques sécuritaires, a convoqué en urgence quatre de ses ministres sans attendre les premières conclusions de l’enquête administrative lancée, à juste titre, par le ministre de la Justice pour savoir si défaillances il y a eu. Claude Guéant a bien sûr annoncé de nouvelles mesures. Depuis 2004, pas moins de six lois sur la récidive ont été votées, à chaque fois à la suite d’un fait divers sanglant. Autant de nouvelles législations répressives sous le coup de l’émotion qui n’ont pas empêché de nouvelles affaires.

Dire que le risque zéro n’existe pas est aujourd’hui impossible dans la bouche de nos gouvernants. C’est pourtant ce que disent les plus éminents psychiatres. La surenchère sécuritaire est telle qu’on ne peut plus imaginer un Premier ministre prendre la parole ou publier un communiqué pour relayer l’émotion populaire, légitime, mais dans le même temps pour appeler chacun au calme et à la mesure… Sur le modèle norvégien. Le même premier ministre, François Fillon, qui assurait en 2006 dans un livre, que la France peut supporter la vérité. Pas toutes, visiblement.

- Il faut dire que la campagne électorale a commencé...

... et Nicolas Sarkozy entend bien enfourcher à nouveau le thème de la sécurité et de la justice pour récupérer ces électeurs du Front national qui ont voté pour lui en 2007, mais qui sont aujourd’hui beaucoup plus tentés par Marine Le Pen.

Et l’odieux assassinat de la semaine dernière pourrait marquer un tournant dans cette précampagne, un prétexte tout trouvé pour ramener le débat sur ce terrain. A l’UMP, on ne cesse de répéter, sondages à l’appui, que la gauche et son candidat François Hollande ne pourront jamais aussi bien incarner la sécurité que l’actuelle majorité. Et ce, quels que soient ses résultats en la matière.

Une chronique en partenariat avec L'Express

L'Express
L'Express © Radio France
  • L'histoire du jour- par Eric Delvaux

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.