• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • L'édito politique - par Stéphane Leneuf ,du service politique de France Inter
Hervé Morin
Hervé Morin © Radio France

La chasse au vote centrise est ouverte __

__

François Hollande, intronisé officiellement samedi candidat socialiste pour la présidentielle, semble vouloir laisser la porte ouverte aux centristes.

Déjà, lors des résultats de la primaire, il avait fait un appel du pied à cette partie de l’électorat. Car depuis le retrait de Jean-Louis Borloo, la chasse au vote centriste est ouverte.

Oui, et un nouvel épisode de cette chasse est intervenu il y a quelques jours, lundi dernier, lorsque Nicolas Sarkozy a reçu, à l’Elysée, les députés du Nouveau Centre dont Hervé Morin, qui avait boudé le déjeuner du mois de juin et qui était en disgrâce au château. Nicolas Sarkozy n’appréciait visiblement pas que le président du Nouveau Centre soit un éventuel candidat à la présidentielle. Or, lundi [mercredi] dernier, changement total de pied. Le chef de l’Etat accueille avec un grand sourire le président du Nouveau Centre. Il laisse entendre, entre la poire et le fromage, que finalement, Hervé Morin pourrait se lancer, mais en posant une condition : qu’il se retire en début d’année et qu’il appelle à voter en sa faveur.

Pourquoi un tel revirement ?

Première raison : en laissant un candidat centriste se présenter, Nicolas Sarkozy lisse son image. Il n’apparaîtrait plus comme le général en chef de la droite qui ne veut voir aucune tête bouger.

Mais surtout, une candidature d’Hervé Morin aurait un double avantage. Elle permettrait à Nicolas Sarkozy d’aller reconquérir un électorat de droite tenté par le Front National, en musclant de nouveau son discours et en fixant une partie de l’électorat centriste -éventuellement celui de François Bayrou- à travers la candidature d’Hervé Morin, qui lui assurerait un capital de report de voix lorsque ce dernier se retirerait. Le problème, c’est que cette stratégie ne vaut que si Hervé Morin grimpe dans les sondages. Or, pour l’instant, il est donné à 0,5%.

- François Bayrou, lui, ne veut se laisser déplumer ni par la gauche, ni par la droite. Il vise un rassemblement des centres et bien plus encore.

Même s’il n’est pas encore en campagne, il devrait déclarer sa candidature officiellement début décembre. François Bayrou entend incarner, dans cette présidentielle, un rassemblement au-delà de la gauche et de la droite. Il le répète souvent hors micro, il ne mettre aucun ongle de doigt dans un deal, que se soit avec François Hollande ou avec Nicolas Sarkozy. Il répète également que le plus important, pour lui, c’est que le centre soit dégagé. C’est fait, avec le retrait de DSK, de Borloo, et la disparition des écrans radars de Nicolas Hulot. François Bayrou se présente donc, tout comme en 2007, comme le seul représentant légitime du centre. Il veut réunir les réformistes de gauche comme de droite et vue l’urgence de la crise, faire ce qu’il appelle une « majorité de courage ». Ce sera le cadre de sa campagne. Le problème, pour lui, c’est que François Hollande est venu troubler ce bel ordonnancement. En espérant attirer sur sa candidature un électorat de centre gauche, il est aujourd’hui le plus grand adversaire du président du Modem.

__

  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

__

  • Le coup de coeur d'Audrey Pulvar

Happy Happy

de Maria Sveland et Katarina Wennstam__

C'est un livre publié en Suède et qui recueille les témoignages de dix femmes, racontant comme leur vie est bien meilleure depuis qu'elles ont divorcé et qu'elles ont du temps à sa consacrer à elles-mêmes.

C'est un livre qui fait scandale en Suède. D'ailleurs, l'auteure de ce recueil déplore le fait que son pays connaisse un vent de conservatisme. Elle en est convaincue, si ce livre avait été publié dans les années 70, il n'aurait provoqué "que des baillements ennuyés".

Cf. article p. 28 dans Libération, aujourd'hui.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.