A la Une des quotidiens nationaux ce matin

Par Eric Delvaux

Libération rebondit sur la polémique liée à sa Une d'hier. A la Une du quotidien ce matin « Nicolas Sarkozy est-il compatible avec la droite ? »

Le Figaro : L'appel de la CGT à voter contre Sarkozy ; un appel politique qui divise les syndicats

L'Humanité : les ouvriers prennent la parole. « On ne lâchera rien, que ce soit PSA Aulnay, Arcelor-Mittal, Delbard ou Fralib, les salariés en lutte contre le président sortant

La Croix : « Le dilemme de François Bayrou ». Choisir, mais qui ? Ou bien « ne pas choisir ». Le président du Modem se prononcera le 3 mai.

Les Echos : Débat sur la croissance en Europe qui revient en force

Le Parisien Aujourd'hui en France : L'affaire Maddie. La fillette britannique disparue il y a 5 ans au Portugal est peut-être toujours en vie.

Un jour sur la toile

Par Hélène Chevallier

Des peintres pris en photo par Eugène de Salignac sur le Pont de Brooklyn
Des peintres pris en photo par Eugène de Salignac sur le Pont de Brooklyn © nyc.gov

- Big Apple ouvre ses archives. La ville de New York a mis en ligne hier plus de 870 000 photos qui retracent l'histoire de la ville ces 160 dernières années. Non pas l'oeuvre de photographes connus mondialement mais celle de fonctionnaires comme Eugène de Salignac. Ce photographe en chef du département des ponts et chaussées laisse ainsi 15 000 clichés de la ville prises entre 1904 et 1934. Egalement à voir, des photos de scènes de crime prises par la NYPD ou encore celles de la vie quotidienne pendant la grande dépression.

__

- Cameron fait son Cheminade. Avec les fondateurs de Google et d'autres investisseurs, il veut se lancer dans l'exploitation minière des astéroides. Une conférence de presse était organisée hier pour dévoiler Planetary Resources, cette nouvelle société chargée de récupérer l'eau et les minerais que contiennent les astéroïdes.

__

- Carcéropolis, voir autrement la prison. Créé par plusieurs bénévoles dont Julien Viallalard, Carcéropolis est un portail où l'internaute peut consulter de nombreuses données sur la prison ainsi que des photos, des documentaires liés au monde carcéral.

Carceropolis
Carceropolis © carceropolis.fr

Nicolas Sarkozy fait-il preuve de trop d'ambigüité vis-à-vis de Marine Le Pen ?

La chronique politique de Guillaume Roquette, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles

Je pense que le terme « d’ambigüité » est assez bien choisi. Le jugement de François Hollande est plus subtil que celui de François Bayrou, qui estime que Sarkozy « valide le discours du Front National » dans sa campagne de deuxième tour.

Si l’ambigüité consiste à dire aux électeurs du Front National qu’on les comprend et qu’on les écoute, sans pour autant faire alliance avec le parti de Marine Le Pen, alors va pour l’ambigüité.

D’ailleurs, sur ce sujet, Sarkozy n’est pas le seul à être ambigu. Quand François Hollande voit dans le vote FN l’expression d’une « colère sociale », quand il cherche à convaincre les 6,4 millions d’électeurs de Marine Le Pen que « c’est la gauche qui les défend », il est ou aveugle, ou de mauvaise foi.

- Pourquoi cela ?

Parce que le vote Le Pen n’est pas seulement l’expression d’une colère sociale, mais d’abord d’une colère identitaire.

Dans un sondage que Valeurs Actuelles publie ce matin, l’immigration arrive très largement en tête des motivations de vote des électeurs de Marine Le Pen, loin devant la sécurité et très loin devant le pouvoir d’achat et l’emploi.

Le candidat de la pure colère sociale, c’était Jean-Luc Mélenchon, et on a vu son résultat.

- Mais pour autant, Nicolas Sarkozy a-t-il raison de dire que Marine Le Pen est « compatible avec la République » ?

En tout cas, elle joue le jeu démocratique. Pour le reste, je ne vois pas au nom de quoi certains candidats seraient plus républicains que d’autres.

François Hollande est-il républicain quand il veut découper en tranches la citoyenneté en accordant le droit de vote aux étrangers à certaines élections et pas à d’autres ?

Est-ce qu’on est républicain à gauche quand on ferme les yeux devant les atteintes à la laïcité, dont le principe figure à l’article 1 de la Constitution ?

Est-il républicain de refuser un débat démocratique organisé par les quatre grandes radios françaises ?

Que Sarkozy et Hollande n’aient pas la même vision de la République, c’est certain. Mais laissons le peuple décider celle qu’il choisit.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.