• A la Une de vos journaux ce matin -par Eric Delvaux

__

  • Ce qui fait débat dans la presse - par Eric Delvaux

__

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

  • Les nouvelles fonctionnalités de Facebook qui irritent ses utilisateurs. A lire notamment, l'article Not Sharing is Caring de slate.com__ ou une sélection d'images détournées sur le blog just-ask-kim.com.

  • Gros plan sur les imprimantes 3D issues du monde du libre. Jusqu'ici réservées aux FabLab, ces imprimantes intéressent de plus en plus les universités et les entreprises de design. Elles permettent d'imprimer des petits objets à faible coût. Reportage dans la société Ckab qui distribue des technologies libres.

  • La chronique politique - par Piotr Smolar, du quotidien Le Monde

__

Ce que révèle l'affaire Karachi - par Piotr Smolar, du quotidien Le Monde

L’affaire Karachi fait trembler la majorité...

__

Même si une majorité de Français ne s’intéresse pas aux détails de toutes ces affaires, elles créent un climat terrible. Elles imposent l’idée d’une corruption morale à droite. Sa défaite historique aux élections sénatoriales, hier, est une première sanction.

Alors, pourquoi l’affaire Karachi est-elle exceptionnelle ? Parce que son seul volet financier met en cause plusieurs fondements de la vie publique.

Le premier est le secret-défense. Les juges se sont heurtés régulièrement à ce principe, l’Etat refusant de déclassifier certains documents sensibles. Le prétexte est l’intérêt national. Derrière, il y a souvent des intérêts partisans. Personne ne dit que l’Etat doit être totalement transparent. Mais cette opacité si française et la faiblesse du contrôle parlementaire sur l’exécutif sont insupportables.

Le deuxième fondement est le financement des partis. Depuis la fin des années 1980, où rien n’était réglementé, le législateur a coupé le cordon entre les entreprises et les partis. Les dépenses de campagne sont remboursées par l’Etat. Tout va bien, donc ? Pas vraiment.

Quel mois de septembre ! Après les valises africaines de Robert Bourgi, on apprend que Thierry Gaubert, ami et ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, aurait effectué des allers-retours en Suisse avant la présidentielle de 1995 pour y chercher du liquide, remis à Nicolas Bazire, directeur de campagne d’Edouard Balladur.

La logique voudrait que Nicolas Sarkozy soit entendu par le magistrat, au moins comme témoin. Pas de chance : il est protégé par le statut pénal du chef de l’Etat. C’est le troisième fondement en cause. Dans l’exercice de ses fonctions, le Président est immunisé contre toute poursuite. Il peut être éventuellement entendu comme témoin, mais seulement s’il le veut bien. Par contre, le Président peut porter plainte contre n’importe qui. Situation invraisemblable.

Enfin, l’affaire Karachi met en cause une institution, le Conseil constitutionnel.

Il ne fallait pas rater le 20h de TF1, jeudi. On y entendait Roland Dumas, président du Conseil à l’époque des faits, reconnaître que les comptes de campagne d’Edouard Balladur et ceux de Jacques Chirac auraient dû être invalidés en 1995. Mais voilà, dit Roland Dumas, on ne pouvait pas décapiter toute la droite comme ça.

On voit bien ici la nature ambivalente du Conseil. On y trouve notamment d’anciens hauts responsables politiques, dont toute la carrière s’est faite selon des lignes partisanes. Comment imaginer, Audrey, qu’ils puissent tout d’un coup revêtir la toge du magistrat impartial ?

Une chronique réalisée en partenariat avec Le Monde

Le Monde
Le Monde © Radio France

__

  • L'histoire du jour - par Eric Delvaux

__

  • Le coup de__ c œur d'Audrey - par Audrey Pulvar

__

Le coup de__ c œur d'Audrey - par Audrey Pulvar Article dans les pages Santé dans les pages du Figaro , consacré au risque de l'Orlistat, une mollécule qui permet de perdre du poids, commercialisée sous le nom d'Alli. Vous vous souvenez d'Alli, ce médicament dit "miracle" pour maigrir lancé en 2009, qui avait fait grand bruit ? Alli et Xénical vont sans doute être retirés de la vente sans ordonnance.

Les liens

Alerte sur Alli et Xenical, des médicaments pour maigrir

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.