• A la Une de la presse ce matin - par Yves Decaens

  • Ce qui (ne) fait (pas) débat ce matin - par Yves Decaens

  • Un jour sur la toile - par Hélène Chevallier

Les internautes vont pouvoir se plonger dans les archives deNelson Mandela, prix Nobel de la paix pour sa lutte contre l'Apartheid.

La nébuleuse Orion
La nébuleuse Orion © radio-france / Hubble
  • La NASA invite les internautes à se plonger dans le million de clichés pris par le téléscope spatialHubble en organisant avec l'agence spatiale européenne unconcours pour trouver les plus belles images. Le concours est ouvertjusqu'à la fin mai 2012 .

  • "Le jeu c'est beau" Déclaration de Frédéric Mitterrand lors de l'annonce de la création d'un lieu d'exposition permanent dédié au jeu vidéo, la Cité du Jeu Vidéo , 1.000m² au sein de la Cité des Sciences et de l'Industrie, qui ouvrira ses portes fin 2013.

Il s'agit d'un lieu de rencontre et de débat autour du jeu vidéo, axé sur la pédagogie, l'éducation au jeu vidéo.

  • Le jeu vidéo Journey, chef d'oeuvre vidéoludique, à télécharger sur le PlayStation Store de la PS3

  • La chronique politique - par Anna Cabana, Grand reporter à l'hebdomadaire Le Point

Nicolas Sarkozy commande, Bernadette Chirac exécute !

Elle a beau marcher difficilement, elle était hier après-midi avec Nicolas Sarkozy sur la presqu’île de Guérande et hier soir à Nantes, au premier rang de son meeting, pendant lequel elle a eu quelques moments d’assoupissement. A la sortie, elle a expliqué devant les micros que Sarkozy était « un très grand président de la République », parce qu’il a « dû maintenir la crise et qu’il l’a fait. » « Maintenir la crise », vous avez bien entendu. Elle ne s’est même pas rendue compte que sa langue fourchait. A côté d’elle, le Président souriait jusqu’aux oreilles, trop content de ce soutien, malgré le lapsus.

__

- Pourquoi est-ce si important pour lui ?

Il a besoin qu’au moins un membre du clan Chirac prenne publiquement son parti. Parce qu’il faut bien compenser la motion de défiance de Jacques Chirac, qui dit à tous ceux qu’il rencontre qu’il va voter François Hollande.

On se souvient qu’il l’avait même déclaré devant des caméras, en juin 2011. Depuis, sa femme et sa fille le tiennent à l’écart des micros.

Ce n’est pas la première fois que Bernadette Chirac fait le jeu de Sarkozy. En 2007, déjà, alors que Jacques Chirac se refusait à soutenir Sarkozy, Bernadette avait servi de caution. Rappelez-vous : Sarkozy avait même dit qu’elle était sa « bonne fée. » Aujourd’hui, il veut ressusciter cette alliance.

- Elle va donc être très présente dans la campagne ?

__

Elle fera tous les meetings que Sarkozy voudra, elle l’a dit hier. Il commande, elle exécute. Il lui a demandé de faire un discours à la tribune du méga-meeting de Villepinte, le 11 mars, elle l’a fait. De même qu’elle a balancé une vacherie contre Hollande, vendredi dernier, en déclarant qu’il n’avait pas « le gabarit d'un président ». Alors que, il y a un an et demi, dans Le Journal du dimanche , elle couvrait de compliments le candidat socialiste qu’elle allait jusqu’à comparer à son mari.

Ce changement de ton est tout sauf un hasard. Il est téléguidé par… Nicolas Sarkozy. En 2007, Bernadette l’a soutenue en espérant qu’il les protègerait des « affaires », elle et son mari.

Cette fois-ci, elle a une dette : car c’est lui qui a fait en sorte que l’UMP acquitte 1 million 650 000 euros sur les 2 millions 2 que Jacques Chirac a dû verser à la Ville de Paris. Quand Bernadette Chirac paye de sa personne, ce n’est jamais gratuit…

Une chronique réalisée en partenariat avec l'hebdomadaire Le Point

Logo Le Point
Logo Le Point © Radio France
  • L'histoire du jour - par Yves Decaens

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.