Clinton ou Trump ? Les Américains trancheront le 8 novembre. En attendant, chaque semaine, France Inter décortique un chiffre pour mieux comprendre l'Amérique d'aujourd'hui.

Chaque jour, l'armée américaine engloutit quelque 1,8 milliard de dollars.
Chaque jour, l'armée américaine engloutit quelque 1,8 milliard de dollars. © Reuters / Lucas Jackson

1,8 milliard de dollars : c'est ce que les États-Unis dépensent CHAQUE JOUR pour leur armée, soit plus de 600 milliards de dollars par an. Les États-Unis, premier budget militaire au monde. Ce budget représente 40% du total de tous les budgets militaires de la planète. 1,4 million de soldats, autant de réservistes ou d'emplois liés au secteur de la défense, soit pas loin de trois millions de personnes, auxquels il faut y ajouter 23 millions d'anciens combattants (les veterans), soit plus de 15% de la population adulte.

À titre de comparaison, dans le cadre d’une alliance comme l’Otan, les États-Unis, ce sont 1,4 million d'hommes déployables, la Turquie, 500 000 et la France 213 000.

La tradition militaire américaine est très ancienne aux États-Unis. L'Amérique s'est formée par la guerre. Le combat est une sorte d'épreuve qui prouve que vous êtes américain.

Un rappel important de Nicholas Dungan. Le chercheur à l'Atlantic Council à Washington et à l'Iris (Institut pour la recherche stratégique à Paris) poursuit : "Depuis la deuxième guerre mondiale, les États-Unis jouent de fait un rôle sécuritaire mondial, ils se posent en gardiens des chemins maritimes, fournissent l’essentiel des dépenses de l’Otan."

L'US military, véritable ascenseur social

Nicholas Dungan estime que, "depuis 1973 et la guerre du Vietnam, l’armée américaine est une armée professionnelle. C'est une sorte de melting pot social. La plupart des soldats sont originaires de milieux plutôt modestes".

Aux Etats-Unis, le meilleur ascenseur social, c’est l’éducation. Pour certains, l’armée reste la seule possibilité d’accéder à une formation, notamment technique, en échange d’une obligation de service.

Pour les catégories les moins privilégiées, les noirs notamment, intégrer l’armée est un vrai moyen d’avancer dans la vie et de voir leurs carrières progresser. Depuis quelques années, on peut enfiler un treillis sans avoir de carte verte, ce qui est vu par beaucoup de sans-papiers comme un moyen d'accéder à une éventuelle naturalisation. Pour les femmes ou pour les gays, aussi, c'est un marqueur des évolutions sociales. Être accepté par l'armée, cela envoie un signal fort à tout le pays.

L'armée américaine symbole d'ascension sociale pour des millions d'Américains
L'armée américaine symbole d'ascension sociale pour des millions d'Américains © Radio France / Visactu

Le président des États-Unis est le chef des armées. Les deux candidats qui vont s’affronter pour la présidence sont tous les deux de la « génération guerre froide», mais leurs profils sont différents. Donald Trump est « America first », Hillary Clinton est plus interventionniste. Donald Trump a chuté dans les sondages le jour où il a insulté le soldat Khan, mort au combat en Irak, et sa famille. Un symbole très respecté.

L'US Army, un traumatisme

La face sombre, ce sont bien sûr ces mutilés de guerre, ces soldats qui reviennent avec un syndrome post-traumatique et qu'on ne parvient pas à réinsérer. En 2012, 349 vétérans se sont suicidés. En 2014, les États-Unis comptaient 3,8 millions de vétérans avec un handicap lié à leurs activités dans l'armée (maladie ou blessure intervenue ou aggravée pendant le service dans l'armée), dont 1,1 million avec un taux d'invalidité d'au moins 70%, selon les dernières données du recensement américain.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.