Clinton ou Trump ? Les Américains trancheront le 8 novembre. En attendant, chaque semaine, France Inter décortique un chiffre pour mieux comprendre l'Amérique d'aujourd'hui.

#USA2016 : 350 millions d'armes circulent aux Etats-Unis
#USA2016 : 350 millions d'armes circulent aux Etats-Unis © Reuters / Jim Urquhart

350 millions : c'est le chiffre de la semaine, et c'est le nombre d'armes qui circuleraient aux États-Unis. Un nombre difficile à évaluer précisément tout de même car de nombreuses armes ne sont pas enregistrées. Il est donc difficile d'établir un point précis, d'où ces chiffres qui circulent d'uen agence à l'autre et qui différent considérablement. Mais si l'on se base sur les déclarations, sur les ventes et sur les importations, on arrive à ce chiffre de 350 millions. Ce qui représente huit armes par propriétaire.

#USA2016 : les armes, ce dossier qui empoisonne
#USA2016 : les armes, ce dossier qui empoisonne © Reuters / Jim Urquhart

Le deuxième amendement brandi en étendard

Les pro-armes, à commencer par la puissante NRA, la National Rifle Association, brandissent le Deuxième amendement de la Constitution pour leur droit à posséder une arme. Ce 2ème amendement, adopté en 1791, après l'adoption de la Constitution, fait partie de la déclaration des droits. Cet amendement prévoit d'autoriser d'entretenir une armée de conscription :

Awell regulated militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear arms, shall not be infringed.

Traduction : une milice bien contrôlée , nécessaire à la sécurité d'un Etat libre, le droit pour le peuple de garder et de porter des armes ne doit pas être enfreint.

Mais donne-t-il le droit à l'autodéfense? En 2008, la Cour Suprême s'est prononcée et a estimé que la population avait un droit individuel aux armes à feu pour se "défendre".

Du coup, certains brandissent aussi un argument politique pour pouvoir porter une arme librement. Par exemple, des fermiers dans l'Oregon ont pris les armes cet été pour défendre leurs terres et s'opposer à une réserve naturelle. Didier Combeau, chercheur associé à l'institut des Amériques, auteur de "Des Américains et des armes à feu".

Les États décident

L’État fédéral ne peut intervenir que sur l'achat d'une arme mais PAS sur la détention ou le port d'arme. D'où les grandes disparités entre les États concernant les lois sur le port d'armes.Pour acheter une arme, il faut subir un contrôle des antécédents, pratiqué par l’armurier, qui interroge le FBI sur les antécédents judiciaires ou psychiatriques du candidat à l’achat. Le FBI a trois jours pour répondre. S’il ne répond pas, la transaction peut avoir lieu. Cette loi est passée en 1993 sous le mandat de Bill Clinton.

Les armes dans la campagne

Pour un politique, se prononcer pour une loi de régulation des armes, c’est électoralement très dangereux. La NRA note les candidats aux différentes élections en fonction de leur positionnement sur les armes à feu. Didier Combeau, chercheur associé à l'institut des Amériques, auteur de "Des Américains et des armes à feu".

Donald trump a obtenu le soutien de la très puissante National Rifle Association l'été dernier. La NRA est même l'un de ses derniers gros soutiens.

Traduction : merci ! C'est un honneur d'être le premier candidat officiellement soutenu par la NRA avant la convention du parti républicain.

Hillary Clinton, elle, marche sur les pas d'Obama, et se prononce pour un meilleur contrôle des armes. Mais elle sait pertinemment que le terrain est extrêmement glissant.

Traduction : "je ne suis pas là pour vous ôter vos droits. Je ne veux juste pas que vous perdiez la vie à cause de quelqu'un qui n'aurait pas du porter une arme".

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.