Clinton ou Trump ? Les Américains trancheront le 8 novembre. En attendant, chaque semaine, France Inter décortique un chiffre pour mieux comprendre l'Amérique d'aujourd'hui.

De plus en plus d'Américains s'éloignent de la religion
De plus en plus d'Américains s'éloignent de la religion © Reuters / Shannon stapleton

La religion reste omniprésente aux Etats-Unis. Mais depuis 2014, le paysage a changé : 34% des jeunes adultes de 19 à 29 ans se disent sans religion. Ils se disent soit athées, soit agnostiques, soit attachés à Dieu mais sans s'identifier à une religion et de manière générale affirment ne plus être attachés à la religion de leurs parents, ou de leur région. On les appelle les "nones".

C'est un effet de génération très frappant (...) Les seniors restent très attachés à une religion, alors que les jeunes nés après l'an 2000 (appelés les millenials) n'ont plus d'identité religieuse. Denis Lacorne, directeur de recherche au CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po Paris

Les faits de société sont en grande partie responsables de ce divorce des jeunes avec la religion. Un grand nombre de jeunes de culture familiale évangélique refusent de rester attachés à une église qui, par exemple, se positionne contre l'avortement, pour la chasteté jusqu'au mariage ou contre le mariage pour tous. Le fait également que l'immigration augmente fait que les Etats-Unis accueillent de plus en plus de non protestants (notamment les latinos qui sont en grande majorité catholiques).

Ce changement indique une convergence avec l'Europe. Denis Lacorne, directeur de recherche au CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po ParisEncore aujourd'hui, le jour de la plus grande ségrégation aux Etats-Unis, c'est le dimanche. Vous avez les églises pour les Blancs et les églises pour les Noirs.

"Mainstream" protestants vs protestants évangéliques

La religion majoritaire aux Etats-Unis reste le protestantisme. Mais attention, fini le monopole du protestantisme traditionnel du WASP (white anglo-saxon protestant), des pères fondateurs européens. Ils ne sont plus que 36 millions, contre 62 millions de protestants évangéliques (les born again christians, avec leurs prédicateurs super stars, les messes en formes de show sur grand écran devant 30 000 personnes). En comparaison, les musulmans dont parle tant Donald Trump, ne représentent qu'un peu moins d'1% de la population.

#USA2016 : la religion en perte de vitesse
#USA2016 : la religion en perte de vitesse © Reuters

Une élection où la religion est quasi absente

C'est l'une des nouveautés de cette présidentielle. Hillary Clinton est méthodiste et Donald Trump presbytérien, mais on ne peut pas dire que ce soit des candidats "religieux" au sens américain du terme, c'est à dire chez qui la religion dicte tous les choix. Le co-listier de Clinton, Tim Kaine, est catholique. Le co-listier de Trump, Mike Pence, est un born again assumé , qui se décrit comme "chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre là".

La plupart des évangéliques soutiennent Trump pourtant, Trump a été marié trois fois, et ne se positonne pas toujours de la même manière que les évangéliques sur les sujets de société (par exemple le mariage gay). En réalité, selon un sondage du Pew research center, 39% des évangéliques le soutiennent simplement "parce qu'il n'est pas Clinton", et 32% pour ses idées.

Les Etats-Unis plus laïques que la France?

"Nous avons foi en Dieu" In God we trust, que l'on retrouve par exemple dans les lieux parlementaires américains et sur la monnaie (pièces et billets), est une devise qui remonte à la guerre de Sécession, mais qui a été votée comme devise nationale par le Congrès dans les années 60, en pleine guerre froide, cette guerre contre "le communisme athée". Mais la Constitution ne fait aucune référence à la religion, sauf un article qui interdit un serment religieux à tout fonctionnaire d'Etat (président compris). Le Premier amendement interdit une église d'Etat officielle, ce qui institutionnalise la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Deux présidents n'ont pas prêté serment sur la Bible, et deux élus à la chambre des représentants ont prêté serment sur le Coran.

Les tenues vestimentaires ostentatoires sont tout à fait banalisés dans l'espace public : voile à l'école, dans les administrations etc. Afficher son appartenance religieuse relève des libertés fondamentales, pour les Américains qui ne comprennent absolument pas, par exemple, le débat français sur le burkini.

Mais contrairement à la France, l'Etat ne verse pas un dollar dans les écoles privées religieuses. La religion ne doit pas non plus apparaître sur un bâtiment public. Par exemple, pas de croix quelle qu'elle soit sur le devant d'un capitole par exemple. Les prières dans les écoles, sur les stades e sont également interdites.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.