Trois mois après les attentas de Nice et près d'un an après les tueries du Bataclan, voici un livre qui aide à comprendre le projet djihadiste et sa dimension nihiliste...

Un jeune Palestinien participe à un exercice militaire dans un camp d'été organisé par le Mouvement du Djihad islamique à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, 13 juillet 2016
Un jeune Palestinien participe à un exercice militaire dans un camp d'été organisé par le Mouvement du Djihad islamique à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, 13 juillet 2016 © Reuters / Ibraheem Abu Mustafa

Le Djihad et la Mort (éditions du Seuil), un livre d’Olivier Roy, chercheur au CNRS, spécialiste de l'Islam.

Pour Olivier Roy, les terroristes sont avant tout fascinés par la radicalité et la violence, et non pas par l'Islam en tant que tel, l'attentat-suicide étant la finalité par excellence de leur action, alors que le salafisme condamne le suicide. Cette dimension nihiliste, au cœur de leur projet, montre pour Olivier Roy ce qu'il a appelé "l'islamisation de la radicalité", à savoir une révolte, une radicalité extrême qui épouse le discours apocalyptique de Daech, qui en emprunte les formes, mais n'a rien à voir avec une "radicalisation de l'Islam", conception défendue par Gilles Kepel, autre spécialiste de l"Islam...

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.