Les chroniques du romancier dans le quotidien La Croix sont rassemblées dans un livre.

Christine Siméone est journaliste au pôle web

Jérôme Ferraril est féroce en dénonçant la prédominance des passions tristes, c'est à dire la haine, la peur, le repli sur soi, et nous fait rire malgré tout car il ne mâche pas ses mots.

Il met à nu le discours des hommes politiques pour montrer dans quelle impasse morale ils nous mènent. En confondant les mots, en outrepassant leur sens, (langue communautaire, assassinat politique, etc..), certains entretiennent "une confusion sémantique qui corrompt notre rapport au monde".

Ce livre est sorti avant le premier tour de l’élection présidentielle. Les constats de Jérôme Ferrari faisait déjà froid dans le dos. Le lire au moment de ce second tour le rend encore plus actuel. Les mots nous aveugles, et ce livre, comme d’autres sur le même sujet, doivent nous servir de lanterne pour avancer dans le brouillard.

Jérôme Ferrari a reçu le prix France Télévisions en 2010 pour " Où j'ai laissé mon âme " et le Goncourt en 2012 pour " Le Sermon sur la chute de Rome ".

Christine Siméone aime particulièrement le travail du romancier, au point d'en avoir le parrain de son festival culturel Corse Altaleghje.

Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.