Aurore Vincenti et linguiste de formation. Elle intervient chaque dimanche à midi dans Agora, aux côtés de Stéphane Paoli et à 6h50 le samedi dans le 5/7 du week-end pour sa chronique "Qu'est-ce que tu me jactes?"

Aurore a un Coup de cœur pour les vidéos d'une femme,Nadia Vadori-Gauthier,qui investit chaque jour la ville.

Elle danse dans des lieux publics, tous les jours, une minute. Comme acte de résistance poétique/politique face à la violence. Depuis les évènements du 7 janvier dernier, la tuerie de Charlie Hebdo, elle danse.

Son projet s'intitule Une minute de danse par jour.

Je voulais m'assigner une action quotidienne petite mais réelle et répétée, qui aille dans le sens de mon engagement et qui œuvre pour une poésie vivante, tout en faisant œuvre dans un sens artistique (raison pour laquelle je numérote mes danses).

Depuis le 14 janvier 2015, Je danse une minute et quelque, tous les jours, simplement, sans montage avec les moyens du bord, dans les états et les lieux dans lesquels je me trouve, sans technique, ni mise en scène, ni vêtement ou maquillage particulier, rien d'autre que ce qui est là. Et Je poste la danse en ligne le jour-même. Je danse en intérieur ou en extérieur, dans des endroits publics ou privés, seule ou avec d’autres, des inconnus ou des gens que je connais et parfois des amis. Je danse comme on manifeste, pour oeuvrer à une poésie vivante, pour agir par le sensible contre la violence de certains aspects du monde.C’est la réponse que j’ai trouvé pour m’impliquer en acte à ma mesure, dans une action réelle, répétée, qui puisse déplacer les lignes, faire basculer le plan ou osciller la norme.

Aurore Vincenti passe parfois une heure sur ses danses et cela lui donne aussi de faire comme elle - mais c'est visiblement pas facile de passer à l'acte.

En vidéo :

Après 10 ans d’engagement artistique avant tout collectif et 5 années de recherches doctorales, Nadia Vadori-Gauthier a décidé de mettre en œuvre un projet personnel qui mêle ses rapports micro-politiques de proximité à l'environnement, aux personnes, aux matériaux, à un travail sur la conscience du corps en mouvement, et à sa volonté de proposer une alternative aux représentations.

Elle a également été accompagnée dans l’élaboration de ce projet par un proverbe chinois : « Goutte à goutte l’eau finit par traverser la pierre ». Cela veut dire qu’une action minime et répétée peut finir par avoir un grand effet.

Danse Fontaine Saint-Michel
Danse Fontaine Saint-Michel © / Nadia Valori-Gauthier

Pour soutenir le projet Une minute de danse par jour, cliquez ICI.

Une série de projections des minutes de danse aura lieu en janvier 2016 dans divers lieux, notamment : le Palais de Tokyo, le Point Ephémère, L’université Paris 8, Micadanses, Le CDC Atelier de Paris-Carolyn Carlson...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.