Claire Duizabo est chargée d'édition multimédia et de contenu pour la Radio enrichie sur le web

Elle a un Coup de Coeur pour la série britannique Black Mirror, qui met en scène nos relations avec les technologies dans un futur proche.

Affiche Saison 1 Black Mirror
Affiche Saison 1 Black Mirror ©

Une série diffusée sur Channel Four depuis décembre 2011 et produite par une filiale d’Endémol jusqu’à septembre dernier, car Netflix vient d’en reprendre la production pour une 3ème saison de 12 épisodes.

Or dès le deuxième épisode de la série, Black Mirror va critiquer la téléréalité avec une parodie des jeux de téléréalité, des jurys de ce type de programmes...

C’est toutefois le premier épisode de la saison 1 qui est le préféré de Claire Duizabo .

Synopsis : le Premier ministre du Royaume-Uni, Michael Callow, est confronté à un énorme et choquant dilemme lorsque la princesse Susannah, un membre bien-aimé de la famille royale britannique, est kidnappée : la jeune fille ne s'en sortira indemne que si le Premier ministre a des rapports sexuels avec un porc et que leur relation passe en direct et sans trucages, avant 16 h, sur tous les médias nationaux.

La série est choquante, dérangeante, audacieuse, et qui nous amène forcément à nous poser des questions et à prendre conscience de l'emprise de notre rapport aux nouvelles technologies sur nos vies privées, publiques ou professionnelles.

"Black mirror" fait référence aux écrans noirs de smartphones sur lesquels on voit nos reflets.

►►Black Mirror, une série à découvrir en intégralité sur Netflix

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.