Vincent Dedienne intervient chaque mercredi à 6h55 pour son billet d’humour

Il a un très gros coup de cœur pour l’œuvre d’Hervé Guibert, cet écrivain photographe mort du Sida au début des années 1990 à l’âge de 36 ans.

Ses grand-tantes, Suzanne et Louise, tiennent une place importante dans son univers familial. Il va d’ailleurs leur consacrer un roman photo qui paraît en 1980. Homosexuel, il construit sa vie sentimentale autour de plusieurs hommes.

En janvier 1988, il apprend qu’il est atteint par le sida et deux ans plus tard, il révèle sa séropositivité dans son romanÀ l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie , paru aux éditions Gallimard. Dans ces derniers ouvrages, il décrit de façon quotidienne l'avancée de sa maladie.

Il réalise un travail artistique acharné sur le sida, notamment au travers de photographies de son corps et d'un film, La Pudeur ou l'Impudeur , quelques semaines avant sa mort.

Presque aveugle à cause de la maladie, il tente de mettre fin à ses jours la veille de ses 36 ans. Il meurt deux semaines plus tard.

Les textes d'Hervé Guibert se caractérisent par la recherche de simplicité et de dépouillement. Il s’inspire de Barthes, Koltès, Thomas Bernhardt... Il écrit ainsi de courts romans aux chapitres de quelques pages, qui se fondent souvent sur des faits biographiques maquillés de fiction.

Notre confrère Vincent Josse lui a consacré un livre CD, Hervé Guibert, l’écrivain-photographe , avec des textes lus par Juliette Greco, Jean-Louis Trintignant, Anouk Grinberg et Cyrille Thouvenin.. . sur des arrangements musicaux de Dominique A ... mais aussi quelques extraits d'archives radiophonqiues.

Hervé Guibert
Hervé Guibert © © RF/VJ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.