Un film expérimental du plasticien français Loris Gréaud.

"Sculpt", un film de Loris Gréaud (2016)
"Sculpt", un film de Loris Gréaud (2016) © Loris Gréaud

Julien Baldacchino est journaliste web à la rédaction de France Inter

Le film de Loris Gréaud est diffusé sous la forme de projections "clandestines", auxquelles les spectateurs assistent après avoir reçu des invitations dispensées au compte-goutte sur le web.

Qu’est-ce que Sculpt ?

Un nouveau blockbuster ? Une performance d’art contemporain sur écran ?

“C’est une vraie chance de ne justement pas pouvoir le nommer ou le définir”, explique l’artiste français reconnu sur la scène internationale Loris Gréaud, à l’origine de ce mystérieux projet.

Dans ce film teinté de rouge de bout en bout, un casting hollywoodien (Willem Dafoe, Charlotte Rampling, Abel Ferrara, Michael Lonsdale) incarne une galerie de personnages dans un monde "à peine de science-fiction" où il n'est plus question de collectionner des choses, mais des expériences, des moments.

Mais en réalité, ce film à l'ambiance oppressante, accompagné par la musique du tout aussi mystérieux groupe The Residents, est lui-même une expérience. Les occasions de le voir sont minimes : il a été projeté dans une salle de cinéma dans laquelle un seul siège était installé, cet été au musée d'art contemporain de Los Angeles (LACMA), et désormais pour le voir il faut participer à une séance de projection nocturne et clandestine. La première a eu lieu début novembre à Paris, d'autres devraient être organisées dans les prochaines semaines.

Une expérience à part entière

Lors de ces projections, des personnages du film font irruption dans la salle de cinéma, en même temps que des images de projections sont montrées à l'écran : avec ce projet, Loris Gréaud crée un "ruban de Möbius", où la réalité et la fiction sont sur la même face. Ainsi, le film devient lui-même une de ces "expériences" à collectionner, à rechercher : toutes les versions projetées du film ont un montage différent, de sorte qu'il devient quasi-impossible de voir le "vrai" film, dans son montage original – en supposant qu'il existe bien un montage original !

C'est là que le projet Sculpt prend toute sa force : comme les expériences que recherchent les personnages à l'écran, le film devient une obsession à part entière, et une "légende urbaine" qui sera ensuite disséminée sous la forme de fragments. Une fois le cycle de projections clandestines "officielles" terminé, des morceaux du film seront diffusés sur le "dark net" par des hackers, et les masters originaux seront conservés précieusement dans un temple vaudou à la Nouvelle-Orléans. Avant qu'il ne soit trop tard, Sculpt est donc une expérience à ne pas louper.

Programmation musicale
  • CHRISTOPHE & ALAN VEGA

    Tangerine (Feat Alan Vega) (Radio edit)

    2016

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.